Passer au contenu principal

NeuchâtelLes vipères retardent l'arrivée de gens du voyage

La mise à disposition d'une aire de passage prend du retard. Des organisations déplorent notamment qu'elle soit située près d'une zone où vivent des serpents.

En principe, la vipère aspic n'est pas agressive envers l'homme.
En principe, la vipère aspic n'est pas agressive envers l'homme.

Initialement, l'aire devait ouvrir en juin. Mais le projet est en procédure de mise à l'enquête pour un permis de construire, car il nécessite quelques aménagements. En plus de plusieurs oppositions de la part de particuliers, Pro Natura et le WWF ont mis leur veto.

Ces organisations soulignent que la zone abrite une population de reptiles, dont la vipère aspic, une espèce protégée et venimeuse. Elles demandent à l'Etat de trouver un autre terrain pour accueillir les Yéniches.

Mesures de précaution

La volonté du canton d'installer une aire à cet endroit reste intacte, a dit à l'ats le Département neuchâtelois du développement territorial et de l'environnement (DETEC), confirmant l'information publiée vendredi dans L'Express/L'Impartial. Celui-ci estime que son dossier est solide, car il prévoit diverses mesures de précaution.

La semaine prochaine, le DETEC transmettra aux opposants ses observations en réponse à leurs arguments. Il précise d'ores et déjà que le périmètre de l'aire a été adapté pour conserver une partie des haies dans lesquelles évoluent les reptiles. La commune de Vaumarcus tranchera.

Pas agressive

En principe, la vipère aspic n'attaque que pour chasser ses proies. Elle n'est pas agressive envers l'homme: si elle l'aperçoit, elle s'enfuit. Si elle s'approche de lui, c'est qu'elle ne l'a pas vu. Mais elle peut mordre si elle se sent menacée. Elle ne doit être maniée que par des spécialistes.

Ce serpent est en danger d'extinction dans les régions de plaine et le Jura. Elle est encore bien représentée dans les Alpes, bien que la situation soit préoccupante localement, selon le site internet de Coordination pour les amphibiens et reptiles de Suisse.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.