Les start-up de l'EPFL lèvent 220 millions de francs

InvestissementLa haute école lausannoise a battu son record de 2013 grâce aux capitaux privés. L'institution insiste sur l'aspect d'une nouvelle culture pour ces entreprises en devenir.

Depuis 2010, des privés ont ainsi investi environ un demi-milliard de francs, pariant sur le potentiel de ces jeunes entreprises.

Depuis 2010, des privés ont ainsi investi environ un demi-milliard de francs, pariant sur le potentiel de ces jeunes entreprises. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les start-up de l'EPFL ont levé plus de 220 millions de francs de capitaux privés en 2014, soit deux fois plus que l'année précédente. Depuis 2010, des privés ont ainsi investi environ un demi-milliard de francs, pariant sur le potentiel de ces jeunes entreprises.

Les spin-off de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) – soit les entreprises qui développent une découverte ou une invention des laboratoires de l'école – se taillent la part du lion. Elles totalisent 185 des 220 millions de francs levés en 2014, a annoncé ce mardi 16 décembre la haute école lausannoise.

Les 35 millions restants concernent des start-up qui se sont installées sur le campus pour profiter de son dynamisme ou collaborer plus étroitement avec les chercheurs. Le parc de l'innovation de l'EPFL héberge actuellement quelque 110 start-up, qui représentent environ 700 emplois.

Nouvelle culture

Selon la haute école, une véritable culture des start-up est en train d'émerger. Les investissements privés sont souvent considérés comme le talon d'Achille de la Suisse en matière d'innovation, mais la tendance actuelle est de très bon augure, relève le responsable du programme Innogrants Hervé Lebret, cité dans le communiqué.

Ces dix dernières années, ce programme est à l'origine d'un tiers des spin-off de l'EPFL: ce fonds de démarrage, financé par l'école, permet d'assurer pendant un an le salaire d'une personne porteuse d'un projet prometteur, généralement un chercheur ou un étudiant.

En 2014, le nombre de start-up créées à l'EPFL a doublé. 24 nouvelles entreprises ont vu le jour, contre 12 en 2013. Le précédent record était de 20 entreprises créées, en 2009. (ats/nxp)

Créé: 16.12.2014, 12h27

Articles en relation

L'EPFL apporte une nouvelle preuve de la vie sur Mars

Sciences Une nouvelle analyse de traces de carbone, menée notamment par l’EPFL, relance le débat à propos de la vie sur Mars. Plus...

Patrick Aebischer à la tête du Novartis Venture Funds

Capital-risque Le président de l'EPFL vient d'être nommé à la présidence du plus grand fonds de capital-risque suisse. Plus...

Les eaux suisses salies par du plastique

Etude del'EPFL Des microparticules de plastique ont été retrouvées dans six lacs suisses et dans le Rhône, selon une étude de l'Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Donald à l'ONU
Plus...