Passer au contenu principal

Le «19h30» de la RTS se déplacera à l'EPFL en 2025

Le futur centre de production sur le campus de l'EPFL, à Écublens, regroupera à partir de 2025 des activités radio-TV et numériques, dont les rédactions de l'actualité et le téléjournal.

Le déplacement du téléjournal à Écublens ne va pas faire que des heureux à Genève.
Le déplacement du téléjournal à Écublens ne va pas faire que des heureux à Genève.
Keystone

Une page va se tourner à la RTS. Le téléjournal ne se fera plus dans la tour RTS à Genève. Le «19h30» va être transféré à Ecublens (VD) sur le site de l'EPFL en 2025, a indiqué jeudi dans un communiqué la Radio-Télévision Suisse.

Le conseil d'administration de la SSR avait validé mi-décembre le crédit pour la construction d'un nouveau centre «transmédia» sur le site de l'EPFL, d'un montant de 120 millions de francs. Cette construction est nécessaire en raison du vieillissement des bâtiments de La Sallaz pour la radio à Lausanne, de Meyrin (GE) ainsi que du studio TV du quai Ansermet à Genève. Le transfert du secteur Actualité n'avait, lui, pas encore été tranché.

«La RTS ouvrira en 2025 son nouveau centre de production lausannois sur le campus de l'EPFL, dans lequel seront regroupées des activités radio-TV-digitales, dont les rédactions de l'actualité et le téléjournal. La décision de regrouper les 'news' s'inscrit dans le processus de convergence des médias initiée il y a dix ans avec la création de la RTS, annonce le communiqué.

Cette évolution confirme la présence de la RTS dans toute la Suisse romande, avec deux sites principaux. Elle »répond à la nécessité de produire toujours plus de contenus digitaux, de manière complémentaire à la radio et à la TV, ce qui nécessite d'organiser les activités éditoriales par domaines de programme produisant pour l'ensemble des vecteurs (radio-TV-digital)«, explique la RTS.

Renforcer les rédactions régionales

»Le regroupement de l'actualité sur un même site, un peu plus au cœur de la Suisse romande, permet de dégager des moyens pour produire davantage de contenus d'information et renforcer notre présence dans tous les cantons romands«, affirme Pascal Crittin, directeur de la RTS, cité dans le communiqué.

En plus de l'actualité, le nouveau bâtiment sur le campus de l'EPFL abritera les activités actuellement localisées dans le bâtiment de La Sallaz (radio) et les cars de reportage. Les studios cantonaux seront pour leur part tous maintenus. Les synergies créées par le regroupement de l'actualité permettront de dégager des moyens pour renforcer les rédactions régionales, selon la RTS.

Toujours présente à Genève

Genève, avec le bâtiment emblématique de la Tour, restera un site de production important pour la RTS, assure-t-elle. La plupart des magazines d'informations resteront produits dans la cité de Calvin, en synergie avec les autres magazines de société.

Trois développements sont en cours de réalisation et garantiront une forte présence à Genève, annonce en outre la RTS. Un nouveau studio »info Genève« sera créé dans la tour et inauguré en octobre 2020. Il offrira des conditions d'accueil et de duplex aux personnalités présentes à Genève et permettra notamment une couverture renforcée de l?actualité genevoise.

Deux nouveaux pôles de production sont créés en parallèle. Pour le premier, il s'agit de »Genève Vision«, le pôle médias sur la Genève internationale, dont les premières productions sont lancées actuellement.

Pour le second, il s'agit d'un pôle de création digitale que la RTS propose de développer en partenariat avec la branche, les milieux culturels, les hautes écoles, la Ville et le Canton de Genève. Plusieurs partenaires potentiels ont déjà manifesté leur intérêt. Ce pôle permettra de »positionner Genève dans le domaine de la création digitale«, indique la RTS.

Eviter au maximum des licenciements

Ce vaste projet se développera en concertation avec les équipes professionnelles, d'ici à 2025. Des solutions sont et seront recherchées pour limiter au maximum la réduction de places de travail à Genève. La RTS répond ainsi aux inquiétudes des autorités genevoises, explique-t-elle.

Canton et ville ont d'ailleurs aussitôt réagi. Ils »prennent acte des engagements de la RTS et seront attentifs à ce que ces promesses se traduisent en actes concrets«, écrivent-ils. La perspective du déménagement à Lausanne avait suscité une levée de boucliers dans le landerneau genevois l'an dernier.

Sondage interne

Selon un sondage interne au sein du personnel de la RTS transmise à Keystone-ATS, 64% du personnel sondé à Genève et 39% à Lausanne indique ne pas adhérer au projet, selon le Syndicat suisse des mass media (SSM) romand. Le taux de participation s'est élevé à 45,2% à Genève (461 réponses) et 38,59% à Lausanne (186 réponses). La question posée était: »J'adhère au projet Campus RTS tel qu'il nous est présenté aujourd'hui«.

Les résultats confirment un déficit de confiance à l'égard de la manière dont le projet a évolué, selon le SSM. Il salue toutefois »l'engagement de la direction à réduire l'impact sur l'emploi du déménagement à Ecublens«, mais exige »une consultation du personnel à l'image de celle menée en janvier 2019, associée à une réelle prise en compte des avis des professionnels«.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.