Passer au contenu principal

Bienne (BE)Prédicateur controversé privé de sermons

La mosquée Ar'Rahman ne laissera plus son imam faire des sermons. S'il est reconnu coupable des accusations portées à son encontre, il risque l'expulsion.

La mosquée Ar'Rahman restera ouverte.
La mosquée Ar'Rahman restera ouverte.
Keystone

Le prédicateur controversé biennois Abou Ramadan ne fera plus de sermons à la mosquée Ar'Rahman. Le comité directeur de l'association de soutien lui a demandé d'y renoncer. Abou Ramadan a accepté, a déclaré jeudi le président de l'association Ahmed Benzerrouk.

La mosquée restera ouverte, a-t-il ajouté, confirmant à l'agence de presse Keystone-ATS une information des éditions en ligne des journaux du groupe de presse Tamedia. L'association de soutien envisage d'autoriser les visites de personnes extérieures, selon le responsable. Un panneau indiquant que les médias ne sont pas les bienvenus dans la mosquée a été retiré.

Fraude à l'aide sociale

La justice bernoise a ouvert une enquête pénale contre le prédicateur controversé pour soupçons de fraude à l'aide sociale. Elle fait suite à une dénonciation pénale déposée par la commune de Nidau (BE), où est domicilié l'imam de 66 ans d'origine libyenne.

Parallèlement, une instruction pour discrimination raciale contre Abou Ramadan est également en cours. L'homme est soupçonné d'avoir tenu des propos haineux envers les juifs, les chrétiens, les bouddhistes et les chiites dans la mosquée Ar'Rahman.

Le prédicateur nie ces accusations. Il a depuis lors perdu son statut de réfugié et peut rester en Suisse grâce à un permis C. S'il est reconnu coupable des accusations portées à son encontre, il risque l'expulsion.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.