Le nombre de places pour les sans-abris sera augmenté

LausanneAprès avoir évacué 58 personnes de la salle de Grand-Vennes vendredi, la Ville a décidé d’ouvrir 50 places supplémentaires.

Vendredi soir, la police a évacué 58 personnes qui ont investi le centre sportif de Grand-Vennes.

Vendredi soir, la police a évacué 58 personnes qui ont investi le centre sportif de Grand-Vennes. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Même si nous considérons comme inacceptable l’occupation d’une école, alors même que des places étaient encore disponibles à la Vallée de la Jeunesse de surcroît, nous n’en restons pas moins sensibles aux personnes contraintes de dormir dans la rue», explique Pierre-Antoine Hildbrand, municipal. Après avoir évacué 58 personnes de la salle de Grand-Vennes vendredi (selon la police), la Ville de Lausanne a décidé, en coordination avec le Canton, en raison de la météo actuelle - et même si les conditions du plan «grand froid» ne sont pas réunies -, d’augmenter la capacité d’hébergement jusqu’à 50 places supplémentaires, 40 à l’abri PCi de la Vallée de la Jeunesse et 10 à la Marmotte, les deux structures d’hébergement d’urgence à Lausanne.

Tant que le froid dure
Ce dispositif sera levé dès que les conditions météo le permettront et pourra être reconduit en cas de grand froid (dès - 5 degrés). «Nous sommes heureux d'être parvenus à avoir réussi à convaincre les autorités», commente une membre du collectif New Life, récemment formé, dont 5 autres membres avait mené 52 migrants à la salle de Grand-Vennes, vendredi.

«L'accueil des migrants n'est pas l'affaire des communes»
En cas d’occupation illégale de bâtiments vides et non utilisés, la Ville de Lausanne cherche toujours à favoriser des contrats de confiance ou des solutions concertées, précise la Ville. La situation est cependant différente lorsqu'il s'agit de bâtiments publics, en particulier de locaux scolaires, dont l’occupation ne peut pas être acceptée.«L’accueil des migrants ne relève par ailleurs pas de la responsabilité des communes», ajoute Pierre-Antoine Hildbrand. (TDG)

Créé: 03.12.2017, 11h16

Articles en relation

Les familles SDF existent bel et bien sur le territoire genevois

Précarité Dix jours à peine après son ouverture, l’accueil mis en place aux Pâquis par l’Armée du Salut s’avère vraiment essentiel. Il héberge déjà plus de 30 personnes dont de nombreux bébés. Plus...

L’Armée du Salut est prête à ouvrir son Accueil familles

Précarité Cette prestation unique démarre le 30 octobre déjà à l’abri PC de Pâquis-Centre. Pour une durée de six mois, sept jours sur sept. Plus...

L’Etat veut aider les sans-abri mais leur octroie un terrain inconstructible

Précarité Les logements mobiles de Carrefour-Rue ne pourront pas être posés au Petit-Saconnex. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Russiagate: y a-il eu collusion entre Trump et Poutine?
Plus...