Montreux veut investir 35 millions en 2017

FinancesLe budget présente une perte de 2,5 millions, sur 144 millions de charges. La Ville prévoit 300 millions d’investissements jusqu’en 2021.

La rénovation de la salle omnisports à Clarens constitue un des gros investissements de l’an prochain.

La rénovation de la salle omnisports à Clarens constitue un des gros investissements de l’an prochain. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Malgré ce déficit, nous voulons poursuivre la cadence des investissements», explique Pierre Rochat, municipal des Finances. Avec 144,5 millions de francs de charges et 142 millions de revenus, le projet de budget 2017 de Montreux laisse apparaître un déficit de 2,5 millions (780 000 francs de perte dans les comptes 2015). Mais la marge d’autofinancement de 3,3 millions (contre 3,8 millions en 2016) reste confortable.

Pour les infrastructures

La Municipalité s’en réjouit, car le programme de législature implique des charges nouvelles, notamment liées au développement des structures de la petite enfance, à l’amélioration des transports publics et des parkings. Les investissements prévus l’an prochain se montent à 35,3 millions, dont trois crédits de 5 millions pour la mise en conformité du Centre de Congrès, l’extension des infrastructures scolaires et la rénovation de la salle omni­­-sports. Durant les cinq ans à venir, la Ville envisage d’investir près de 300 millions de francs dans ses projets. «Cette politique d’investissement visant à améliorer les infrastructures communales répond à un besoin, estime Pierre Rochat. De plus, elle est favorisée par les coûts très bas du loyer de l’argent et par nos solides réserves accumulées au cours des belles années.»

Charges en hausse

Les charges budgétées pour l’an prochain s’élèvent à 144,5 millions. Elles ont été revues légèrement à la hausse. Car les grands projets entrepris ces dernières années génèrent des frais supplémentaires en termes de transports publics, d’entretien et d’amortissement, à l’exemple du complexe sportif de la Saussaz, de la Maison de Quartier Jaman 8 et du parking Donner. Par ailleurs, la réorganisation de plusieurs services (RH, finances, familles et jeunesse), avec la pérennisation de postes d’auxiliaires, constitue aussi un facteur de hausse. Enfin, la participation de la Commune à des charges de collectivités publiques – police, transports, santé publique, enseignement ou cultes – augmente de plus de 3 millions (+7,5%), la hausse étant le plus souvent liée à celle du nombre d’habitants.

L’Exécutif s’attend à percevoir 142 millions de recettes, en légère augmentation également. Elle estime à 1% la hausse des impôts à recevoir des personnes physiques et prévoit encore une progression de l’impôt foncier. Les mécanismes de la péréquation et de la facture sociale participent à hauteur de 1,1 million à l’embellie des recettes, tout comme les revenus de stationnement. La part communale sur les gains immobiliers repart de même à la hausse.

La dette va grimper

L’enveloppe globale des aides et subventions prévues s’élève à 20,9 millions (contre 20,2 millions au budget 2016). Une augmentation due à la subvention au REME (Réseau Enfance Montreux Environs) pour la création prochaine de places d’accueil supplémentaires pour les bébés et les trotteurs à la Pouponnière et à la Coccinelle.

Ce lourd programme d’investissements devrait entraîner une hausse importante de la dette (45 millions de dette brute actuellement), qui reste encore faible en comparaison intercommunale. La Ville veut toutefois se borner à un plafond d’endettement de 280 millions, alors qu’elle pourrait l’élever légalement à 350 millions. Le taux d’imposition reste fixé à 65 points pour 2017 et 2018. «Après, la révision de nos recettes ne devra sans doute plus constituer un tabou», glisse Pierre Rochat.

Créé: 16.11.2016, 14h06

En chiffres

300 Le montant, en millions de francs, des investissements programmés jusqu’en 2021.

240 La dette prévue en 2021, avec les investissements projetés.

3,3 En millions, la marge d’autofinancement projetée en 2017, contre 3,8 millions cette année.

280 Le montant, en millions, du plafond d’endettement que
la Ville veut fixer jusqu’en 2021.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.