Le MOB envoie ses vêtements de cols blancs en Afrique

MontreuxDes Congolais ont récupéré cette semaine les anciennes tenues des employés de bureau de la compagnie. Leurs bleus de travail sont déjà arrivés à bon port.

Claude Isofa a récupéré les habits cette semaine aux ateliers du MOB à Chernex.

Claude Isofa a récupéré les habits cette semaine aux ateliers du MOB à Chernex. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au Congo, des agents de la circulation risquent désormais moins leur vie sur les carrefours depuis qu’ils ont reçu récemment les anciennes tenues de sécurité du MOB. Et ces combinaisons de travail réjouissent aussi quelques cantonniers, dont l’État ne finance même pas les balais.

Lundi, la compagnie ferroviaire a livré une deuxième cargaison d’habits à destination de l’Afrique, celle contenant les vêtements de son personnel de bureau. Il y a là des chemises, des vestes, des foulards ou encore des cravates. «Ils ont appartenu à tous nos collaborateurs ayant un contact direct avec la clientèle, donc aussi les conducteurs de locomotive, explique Grégoire Clivaz, responsable formation. Avec le retour à notre ancienne marque (MOB), ces effets labellisés GoldenPass ne peuvent plus être utilisés au sein de l’entreprise. Les employés, qui en étaient devenus propriétaires, ont décidé de les donner.»

Membre des Amis du Congo, président de l’Association Suisse Drépano, Claude Isofa Nkanga Bokembya est chargé de la distribution de cette nouvelle cargaison: «Elle servira à des collaborateurs de compagnies ferroviaires et maritimes ou à toute autre personne dans le besoin, qui en disposera comme bon lui semble. Les Congolais sont tellement dépourvus qu’ils pourraient, par exemple, les mettre à disposition d’un tiers contre une autre prestation.»

La compagnie MOB ne s’oppose pas à ce mode de faire. Elle a juste demandé aux bénéficiaires d’enlever l’insigne GoldenPass cousu sur les vêtements. «Lors de la première livraison, j’ai mandaté des couturières congolaises pour le faire. Mais maintenant c’est l’Église baptiste du Congo qui gère les stocks et les distribue, pas uniquement au Congo mais encore au Cameroun.»

Créé: 25.02.2018, 12h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.