Passer au contenu principal

NeuchâtelUn maintien de la Haute École de musique se profile

Une commission du Grand Conseil neuchâtelois s'est prononcée en faveur du maintien de l'antenne de la Haute École de musique de Genève.

L'antenne neuchâteloise de la Haute École de musique ne s'avoue pas vaincue.
L'antenne neuchâteloise de la Haute École de musique ne s'avoue pas vaincue.
Keystone

Les partisans du maintien de l'antenne neuchâteloise de la Haute École de musique (HEM) de Genève se réjouissent qu'une commission du Grand Conseil approuve leur initiative. Les arguments financiers n'ont apparemment pas convaincu.

En fermant la HEM, le Conseil d’État estimait pouvoir économiser 2,2 millions de francs par an. Ces économies sont sujettes à discussion car en raison de locaux partagés avec le Conservatoire, les charges de 600'000 francs resteraient, par exemple, aux frais de l’État, ont rappelé lundi les initiants lors d'un point de presse.

«Quant aux subventions fédérales et celles d'autres cantons qui disparaîtraient (2,24 millions), elles ne seraient plus insufflées dans l'économie neuchâteloise», ont mentionné les partisans de la HEM. Pour ces derniers, le coût du maintien de la HEM est de 800'000 francs par an, à charge du canton.

Peut-être pas de votation

L'avenir de la HEM ne passera peut-être pas devant le peuple. La commission parlementaire du Grand Conseil a accepté à une voix près un amendement approuvant l'initiative et demandant que ce texte soit approuvé directement par le législatif sans passer par le peuple.

Si le Grand Conseil suit la commission, l'initiative sera acceptée et non soumise en votation populaire. Si le parlement refuse cet amendement, le peuple devra se prononcer sur l'initiative et sur le contre-projet du Conseil d’État.

Face à la décision du gouvernement neuchâtelois de fermer l'antenne neuchâteloise de la HEM-GE, une initiative populaire demandant le maintien d'une formation musicale professionnelle dans le canton avait été déposée en octobre 2018 avec 5319 signatures. Le Conseil d’État lui a opposé un contre-projet en avril 2019.

Dans son texte, le gouvernement propose de renforcer la formation et la culture musicales dans le canton de Neuchâtel pour un montant de 500'000 francs par an, de réduire de moitié les frais d'écolage au Conservatoire de musique et de revoir à la hausse le nombre de places. Le Conseil d’État entend aussi soutenir financièrement les ensembles musicaux neuchâtelois.

Les initiants ont rappelé que leur texte, rédigé en termes généraux, «englobe aussi le souci d'une bonne formation pour tous». Selon eux, le Conservatoire de musique, le Collège musical de La Chaux-de-Fonds et les institutions privées et associations diverses de musiciens (fanfares et chorales), méritent une attention des pouvoirs publics.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.