Passer au contenu principal

Canton de FribourgLogements encadrés pour les mineurs en difficulté

Les jeunes Fribourgeois en difficulté d'insertion pourront être placés dans un logement indépendant, soutenus par des éducateurs pour la gestion du quotidien.

Selon le canton, les résultats provisoires sont positifs, tant pour l'autorité de placement que pour les jeunes concernés.
Selon le canton, les résultats provisoires sont positifs, tant pour l'autorité de placement que pour les jeunes concernés.
Photo d'illustration, AFP

Le canton de Fribourg offre une nouvelle forme de prise en charge des mineurs en difficulté d'insertion. Les jeunes de 16 à 25 ans, pour lesquels un placement résidentiel traditionnel n'est pas adapté, pourront être placés dans un logement indépendant où ils seront soutenus par une équipe éducative.

«Le concept, actuellement en phase pilote, a été développé par la Fondation de Fribourg pour la jeunesse sur mandat de la Direction de la sécurité et de la justice. Il constitue une carte supplémentaire dans l'éventail à disposition des autorités judiciaires de placement – justices de paix et Tribunal des mineurs», a indiqué lundi l'État de Fribourg.

L'Alternative, le nom de cette nouvelle offre, est «une solution alternative aux mineurs pour qui les structures existantes d'accueil résidentiel ont échoué ou sont vouées à l'échec», peut-on lire dans le communiqué. Le moyen: fournir au jeune un logement indépendant et un accompagnement socio-éducatif «sur mesure» en milieu ouvert. L'équipe éducative aide et conseille le mineur dans la gestion du quotidien et dans ses demandes de démarches.

Ce nouveau concept répond à un double constat posé aussi bien par les justices de paix, en tant qu'autorités de protection de l'enfant et de l'adulte, que par les juges des mineurs. D'une part, en Suisse romande, les institutions spécialisées de prise en charge de jeunes en difficulté ne disposent pas de suffisamment de places. D'autre part, il manque des solutions pour les jeunes en rupture de lien qui n'arrivent pas à adhérer aux contraintes d'un milieu institutionnel résidentiel.

Résultats provisoires positifs

La Fondation de Fribourg pour la jeunesse a élaboré le concept en s'inspirant notamment de «celui éprouvé depuis de nombreuses années par la fondation tessinoise Amilcare», a expliqué le canton. Elle s'est appuyée sur un groupe de projet intégrant des représentants du Tribunal des mineurs et du Service cantonal de l'enfance et de la jeunesse.

La phase-pilote a été lancée à la fin du premier semestre 2019. Deux jeunes, placés pénalement, bénéficient actuellement du nouveau dispositif. Un troisième placement civil est actuellement envisagé. Selon le canton, les résultats provisoires sont positifs, tant pour l'autorité de placement que pour les jeunes concernés.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.