Passer au contenu principal

AsileFribourg aide les réfugiés à trouver un emploi

Fribourg propose une plate-forme de travail qui met en relation les entreprises avec les personnes autorisées à travailler.

Fribourg veut aider les réfugiés à s'intégrer en passant par le monde du travail.
Fribourg veut aider les réfugiés à s'intégrer en passant par le monde du travail.
Keystone

Le canton de Fribourg propose depuis juin la première plate-forme de travail en Suisse, FRintegration.ch. L'instrument met en lien avec les entreprises les réfugiés ainsi que les personnes admises à titre provisoire.

La plate-forme permet non seulement aux entreprises de consulter en ligne des dossiers de personnes autorisées à travailler, mais aussi d’annoncer directement des postes de travail, de formation ou de stage, a expliqué lundi à Givisiez (FR) la conseillère d’État Anne-Claude Demierre, en charge de la Santé et des Affaires sociales.

Le concept est gagnant-gagnant, ont assuré les intervenants à la conférence de presse. Il permet aux entreprises de combattre la pénurie de main-d’œuvre et aux personnes concernées de s’intégrer par le monde du travail.

Mises en relation

Fruit d’une coopération entre l’économie et la Direction de la santé et des affaires sociales (DSAS), FRintegration.ch est alimentée par les professionnels de l’intégration d’ORS, qui s'occupe des réfugiés à Fribourg, et de Caritas Suisse. Ceux-ci mettent en ligne les profils des personnes aptes au travail et répondent aux demandes des entreprises.

Ces demandes couvrent la sélection des candidats, la présentation des dossiers, l'organisation d’un entretien ou l'aide pour les démarches administratives. FRintegration.ch permet de trouver la bonne personne au moyen de plusieurs critères comme le secteur professionnel ou l’activité recherchée.

Si le curriculum vitae (CV), anonyme, suscite l’intérêt de l’entreprise, davantage d'informations sont transmises par les professionnels d’ORS et de Caritas Suisse pour une prise de contact. Les personnes concernées doivent être titulaires d’un permis F1 ou B2.

La simple procédure d’annonce, qui remplace depuis le début de l’année la procédure d’autorisation d’exercer une activité lucrative pour les personnes disposant d’un permis F ou B, facilite par ailleurs l’engagement des personnes concernées.

Partenariat

C'est Pierre Siffert, directeur de Debrunner à Givisiez, qui est à l'origine du concept. Il cherchait à soutenir l’intégration des réfugiés en informant mieux les entreprises, ayant lui-même engagé plusieurs personnes issues du domaine de l’asile. L’Union patronale du canton de Fribourg (UPCF) est partenaire de FRintegration.ch.

«Une intégration réussie passe par un partenariat avec des sociétés sensibilisées et bien informées», selon Pierre Siffert. Le canton de Fribourg accueille 822 hommes et femmes réfugiés ou admis à titre provisoire âgés de 16 à 25 ans.

Ces jeunes resteront durablement en Suisse et les statistiques confirment qu’ils parviennent à s’intégrer dans le marché du travail. «Notre expérience nous montre que lorsqu’on leur donne la chance, ils la saisissent et s’y accrochent», a dit Anne-Claude Demierre en guise de conclusion.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.