Passer au contenu principal

CoronavirusEPFL: des soldats testent l'application de traçage

Les militaires ont été placés dans différentes configurations, comme au restaurant ou dans un train, munis d'un smartphone avec l'application en test.

Les tests ont eu lieu dans un hall de l'École polytechnique fédérale de Lausanne.

L'EPFL poursuit ses tests de l'application suisse qui devra retracer les chaînes d'infections au Covid-19. Des soldats sont mis à contribution pour ces essais.

DP3T, pour Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing, est un projet d'un collectif international auquel ont participé des chercheurs de l'EPFL et de l'EPFZ. Des tests ont eu lieu la semaine dernière, et de nouveau vendredi dans un hall de l'École polytechnique fédérale de Lausanne. Une dizaine de militaires y ont participé.

Ces soldats, testés négatifs au Covid-19 et munis d'un masque, ont été placés dans différentes configurations, comme au restaurant ou dans un train. Ils avaient sur eux un smartphone avec l'application en test.

«L'objectif est de valider les algorithmes qui nous permettent de calculer la distance entre les personnes», explique Alfredo Sanchez, chef de projet d'intégration DP3T, interrogé par Keystone-ATS.

Cette application vise à déterminer la distance et le temps d'exposition entre des personnes. Si l'une d'elles est déclarée positive au Covid-19, ses contacts reçoivent une notification. «L'installation de l'application se fait de manière volontaire», précise M. Sanchez.

Protection des données

Ce point est en effet essentiel, a affirmé en début de semaine Adrian Lobsiger, préposé fédéral à la protection des données et à l'information. Toute contrainte juridique ou sociale doit être évitée, a-t-il insisté.

La solution helvétique développée par l'EPFL et l'EPFZ a reçu le soutien de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Une mise en service est prévue dès le 11 mai. Avant cela, d'autres tests doivent encore être menés. Une centaine de militaires seront ainsi réquisitionnés la semaine prochaine dans une caserne pour de nouveaux essais.

Pour mémoire, l'EPFL et l'EPFZ se sont récemment distanciés d'un autre projet de traçage des smartphones, le Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing (PEPP-PT). Les deux hautes écoles ont estimé qu'il ne respectait pas assez la vie privée. Le système DP3T a l'avantage d'être décentralisé, ce qui offre moins de possibilités de profilage ou de hacking.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.