Passer au contenu principal

FauneDix-huit loups identifiés en Valais

Il y a toujours plus de loups en Valais. Dix-huit ont été recensés pour cette année. Parmi eux, des louveteaux.

Sept louveteaux dans la région du Chablais.
Sept louveteaux dans la région du Chablais.
archive/photo d'illustration, Keystone

Le loup poursuit sa conquête du Valais. Jusqu'à fin octobre, 18 de ces canidés ont été formellement identifiés, dont dix nouveaux individus tandis qu'une douzaine de louveteaux sont nés dans deux meutes. Pendant la même période, 205 animaux de rente ont été tués.

Si 18 loups ont été formellement identifiés, on estime à 30-35 le nombre d'individus qui résident principalement en Valais, a indiqué lundi à Keystone-ATS Yvon Crettenand, biologiste du Valais romand. Et ce chiffre évolue en permanence.

Dans le Haut-Valais, un boeuf écossais (Highland) a été attaqué et blessé par un loup sur un alpage. Il a dû être euthanasié, selon le canton du Valais dans un communiqué. Dans le Valais romand, deux bovins morts ont été examinés suite à des soupçons d'attaques de loups. Il n'a cependant pas été possible de prouver formellement que ces deux bêtes ont bien été tuées par un loup, malgré les traces d'ADN de loup sur les cadavres.

Le Service de la chasse, de la pêche et de la faune (SCPF) est sûr par contre que les loups ont tué 66 animaux de rente dans le Haut-Valais, dont 34 sur les alpages et 32 sur les pâturages de printemps et d'automne. Dans la partie romande du canton, 139 animaux morts suite à des attaques de loups ont été dénombrés, dont 110 sur les alpages et 29 sur les pâturages de printemps et d'automne.

Le montant total des dégâts à ce jour, y compris les soins apportés aux animaux blessés, s'élève à 66'615 francs. La Confédération prend en charge le 80% des montants des dommages.

Dégâts au gibier

Le gibier n'a pas non plus été épargné. Dans les régions concernées, ce sont surtout les cerfs, les chevreuils, mais également les chamois qui ont été attaqués. Ainsi, 116 animaux sauvages morts ont été comptabilisés.

Ce nombre n'est cependant pas représentatif, car la grande partie des victimes demeurent introuvables. Elles sont cachées dans des zones difficilement accessibles en hiver. Les cadavres peuvent avoir été dispersés par des charognards et même complètement dévorés.

Meutes en Valais

Le Valais compte deux meutes, qui comptent au moins trois individus, avec des naissances à la clé. Le SCPF a pu confirmer en août dernier l'arrivée de sept louveteaux dans la région du Chablais. Une autre meute comprenant cinq louveteaux a été observée cet automne sur des images publiées par des privés et provenant selon ces derniers du Valais central. L'exactitude de cette publication n'a pas pu être vérifiée.

Entretemps, dans le cadre du monitoring hivernal, deux à trois jeunes loups nés cette année ont pu être observés, sans identification formelle, sur les pièges photographiques du SCPF dans le Valais central, dans le Vallon de Réchy et le Val d'Anniviers. Dès lors, une reproduction y est avérée. Le Valais compte ainsi à la fin de l'année 2019 deux meutes de loups sur son territoire.

Pas de loup tué

Aucun loup n'a été tué, selon le monitoring. Les conditions préalables à l'octroi d'une autorisation de tir, que ce soit pour un individu isolé ou la régulation d'une meute de loups, n'ont pas été remplies.

Le loup donne beaucoup de travail au canton du Valais. En 2019, les gardes-chasse ont consacré 4342 heures spécifiquement à l'espèce loup, pour le monitoring et pour la gestion des dégâts occasionnés aux animaux de rente. Le personnel de bureau dédié a réalisé 1197 heures de travail au traitement administratif des dossiers relatifs au loup, y compris la communication.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.