Les coopérateurs vont trancher via un vote inédit

Affaire Migros-PillerLes membres de Migros Neuchâtel-Fribourg passent au vote pour révoquer l'administration de leur coopérative.

Le vote des coopérateurs peut être invalidé par l'une des parties.

Le vote des coopérateurs peut être invalidé par l'une des parties. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les 124'000 coopérateurs neuchâtelois et fribourgeois se prononcent jusqu'à samedi sur la révocation de l'administration de Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF), dont son président Damien Piller. Ce vote inédit tranchera le conflit entre Migros et l'homme d'affaires.

Les coopérateurs - qui ne sont pas nécessairement les détenteurs de la carte Cumulus - sont plutôt habitués à approuver les comptes annuels ou à élire les divers organes de MNF. Cette fois, ils donnent leur voix lors d'une votation générale extraordinaire, inédite au sein de la coopérative, qui compte quelque 2600 collaborateurs.

Normalement confiée à l'administration - l'équivalent d'un conseil d'administration -, l'organisation du scrutin a été déléguée à PricewaterhouseCoopers (PwC), l'organe de révision statutaire de MNF. Celui-ci se charge de certaines fonctions de l'administration, quand celle-ci n'est pas à même de les assumer, d'après les statuts.

Modalités de vote

Informés par une notification officielle de vote dans le Migros Magazine du 28 octobre, les coopérateurs ont jusqu'à samedi pour renvoyer leur carte de vote par la poste. C'est le notaire neuchâtelois Fritz Stahl qui reçoit ces bulletins. Il présidera le bureau électoral, composé de quatre personnes, dont deux coopératrices.

Le dépouillement commencera le 18 novembre dès midi et se terminera le 20 novembre à midi au plus tard. Les résultats sont attendus au plus tôt dans l'après-midi du 20 novembre via un communiqué ou au plus tard dans Migros Magazine, le 25 novembre, voire le 2 décembre.

Toutefois, le scrutin pourrait être invalidé. En cause: les cartes de vote sont à retourner sans enveloppe-réponse ni carte de légitimation. «On ne peut pas exclure une invalidation» demandée par l'une ou l'autre partie selon les résultats, a indiqué Fritz Stahl à Keystone-ATS.

Dans un communiqué, MNF a fait savoir vendredi que «toutes les dispositions sont mises en oeuvre pour assurer la conformité et la sécurité nécessaires à la votation». Le processus respecte les statuts et le règlement électoral, d'après la coopérative régionale.

Détournement de fonds

Pour rappel, tous les organes de MNF, excepté l'administration qui fait bloc derrière son président, et la Fédération des coopératives Migros (FCM) accusent l'homme d'affaires d'avoir facturé à Migros près de 1,7 million de francs via deux de ses sociétés, «sans recevoir de contre-prestation équivalente en échange».

Damien Piller, avocat actif dans l'immobilier et les médias notamment, qui préside MNF depuis 23 ans, aurait détourné des fonds dans le cadre de nouveaux magasins bâtis à Belfaux et La Roche (FR) en 2013 et 2014. Différents rapports arrivent à cette conclusion, selon la coopérative.

En réponse, le Fribourgeois a ouvert les comptes des deux sociétés en question à un expert-comptable et à un architecte. Les résultats de ces audits dévoilés lundi passé ont indiqué que les deux montants de 864'000 francs, toutes taxes comprises, correspondent à des prestations fournies, d'après l'homme d'affaires.

Le comité coopératif de MNF - représentant les intérêts des coopérateurs et des consommateurs -, la direction de MNF - qui gère opérationnellement la coopérative - et la commission du personnel de MNF exigent la révocation de toute l'administration de MNF. Les présidents des neuf autres coopératives Migros, la Fondation G. et A. Duttweiler - du nom du fondateur de Migros - et la FCM sont du même avis.

Présomption d'innocence

L'administration de MNF - qui fixe les objectifs et la stratégie de la coopérative - a demandé cet été une expertise «neutre» à l'avocat genevois Alan Hughes. D'après l'administration, ce rapport, bien que «sévère», a «écarté les accusations» à l'encontre du Fribourgeois. L'administration décrit ses quatre membres comme des «personnes dévouées à Migros et à ses valeurs».

Par ailleurs, Damien Piller bénéficie du soutien de M-Ethique, un nouveau groupement de coopérateurs. Se présentant comme indépendant, ce groupe reproche sur leur site internet à la FCM d'avoir «bafoué les valeurs éthiques de Migros, à commencer par la présomption d'innocence et le droit d'être entendu». M-Ethique a annoncé saisir la justice neuchâteloise, pour faire annuler le vote du 16 novembre.

Pour l'instant, sept plaintes pénales ont déjà été déposées dans cette affaire. Entre autres, la FCM et la direction de MNF ont séparément déposé plainte pénale contre le Fribourgeois et inconnus, pour gestion déloyale. Damien Piller, qui ne se représentera pas comme président de MNF en juin, a pour sa part porté plainte contre inconnus pour atteinte à l'honneur. (ats/nxp)

Créé: 11.11.2019, 09h21

Articles en relation

Incohérences dans la défense de Damien Piller

Affaire Migros-Piller La presse dominicale s'étonne que les décomptes produits par l'homme d'affaires fribourgeois ne soient pas identiques à ceux présentés par Migros. Plus...

Le conflit entre Damien Piller et la Migros s'enlise

Affaire Migros-Piller L'homme d'affaires fribourgeois a livré, lundi, des détails sur la facture qui est source du conflit l'opposant au géant orange, lequel persiste: cela ne change rien dans le conflit d'intérêt. Plus...

La démission de Damien Piller exigée à l'interne

Migros La commission du personnel de Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF) a exprimé sa défiance envers le président Damien Piller lors d'un vote consultatif. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Toujours pas de vert au Conseil fédéral
Plus...