Bussigny veut un musée de l’ère numérique

CultureUn complexe culturel à 14 millions pourrait accueillir le Musée Bolo. Marc Atallah, de la Maison d’Ailleurs, en a imaginé le concept.

Yves Bolognini est le fondateur et le directeur du Musée Bolo, actuellement installé sur le site de l'EPFL. Ces dernières années ont vu le musée lutter pour garantir son avenir.

Yves Bolognini est le fondateur et le directeur du Musée Bolo, actuellement installé sur le site de l'EPFL. Ces dernières années ont vu le musée lutter pour garantir son avenir. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Ouest lausannois est en pleine croissance et il a faim… de culture. Après la Ferme des Tilleuls, ouverte l’an passé à Renens, un nouveau projet de musée s’annonce, à Bussigny cette fois. Dans un préavis soumis au prochain Conseil communal, la Municipalité demande un crédit pour organiser un concours d’architecture. Son objet: la construction d’un centre muséo-culturel. Ce n’est que la toute première étape d’un projet qui pourrait devenir réalité dès 2021 ou 2022, si tout va bien. Mais ses contours sont déjà particulièrement nets.

Premier point, il est prévu que l’édifice accueille le Musée Bolo, actuellement établi sur le campus de l’EPFL. Celui-ci cherche depuis quelques années un nouveau lieu pour abriter sa collection d’ordinateurs – des milliers d’objets qui sont autant de témoins de l’histoire de l’informatique. Deuxième point, la partie muséale s’accompagnera d’une salle de spectacle, ainsi que d’un restaurant. À ce stade, les coûts de construction sont estimés à quelque 14 millions de francs, dont une moitié à la charge de la commune et l’autre à la charge du Musée Bolo.

«Le Musée Bolo est une institution assez unique en son genre et son thème résonne parfaitement avec l’actualité. L’accueillir serait une grande chance pour la ville», se réjouit la syndique de Bussigny, Claudine Wyssa. Mais pourquoi créer une institution culturelle aujourd’hui? Le préavis pose l’enjeu: Bussigny connaît un développement important, et doit éviter à tout prix de devenir une cité-dortoir. Le centre culturel doit ainsi prendre place dans un énorme quartier dont la construction vient tout juste de commencer, avec à la clé l’arrivée de 2500 habitants entre 2020 et 2030 (lire ci-dessous).

Un musée interactif

En s’installant à Bussigny, le Musée Bolo doit lui aussi prendre une autre ampleur. «Nous voulons raconter comment le numérique a bouleversé notre société, et pas simplement l’histoire des ordinateurs, annonce Yves Bolognini, fondateur et directeur du Musée Bolo. Les expositions seront consacrées au passé et au présent de ces technologies, mais aussi à leur futur.»

Afin de séduire la commune, le Musée Bolo a fait appel à un soutien de taille, celui de Marc Atallah, directeur de la très populaire Maison d’Ailleurs, à Yverdon. Bien connu pour avoir donné un nouveau souffle à son musée de la science-fiction, il a développé pour le Musée Bolo un concept mêlant expositions permanentes et temporaires. Celles-ci seront réparties sur sept salles afin de créer un véritable parcours narratif. «Je me suis inspiré du travail qui a été accompli à la Maison d’Ailleurs, explique d’emblée l’Yverdonnois. Aujourd’hui, un musée doit mêler le contemplatif et l’interactif afin de donner une expérience au visiteur. Les gens ne se déplacent pas pour voir un ancien modèle d’ordinateur comme ils le font pour un tableau de Léonard de Vinci.»

Le musée compte en tout cas bien séduire au-delà de la communauté des geeks, avec entre autres une salle pour les enfants et une autre consacrée au jeu vidéo. «On remarque que cela attire le public», glisse Yves Bolognini, qui n’en souligne pas moins que l’objectif du musée sera d’engager la réflexion. «Très peu d’institutions racontent ce monde numérique dans lequel nous vivons. Cela donne au musée une responsabilité intéressante», appuie Marc Atallah.

Financements à trouver

Le premier crédit demandé au Conseil communal de Bussigny, qui porte sur 322 000 francs, a valeur de test. Sur les 14 millions de francs que coûtera la construction du complexe, le Musée Bolo devra, on l’a dit, en financer la moitié. «Nous n’avons pas encore de financements confirmés, mais l’appui officiel de la Commune de Bussigny va nous permettre d’avancer», précise Yves Bolognini.

Le musée a déjà récolté plusieurs dizaines de milliers de francs grâce au crowdfunding pour assurer sa survie sur le site de l’EPFL. Pour ce nouveau projet, il devra chercher une partie de ses soutiens dans l’économie privée, prévoit son directeur. Bussigny est prête à lui apporter 30'000 francs par an sur trois ans pour son exploitation, et le musée espère également obtenir des financements annuels des autres communes du district. Comme le dit Claudine Wyssa: «L’élément financier sera un élément important et pèsera forcément dans la discussion.» (TDG)

Créé: 14.05.2018, 16h33

Un quartier géant en train d'éclore

D’ici à 2030, le quartier de Bussigny-Ouest sortira de terre sur un espace jusqu’ici pratiquement vide. Le projet, porté par une vingtaine de propriétaires différents, est en réflexion depuis une dizaine d’années déjà. Il devrait compter une cinquantaine de villas et 45 immeubles locatifs, ce qui en fait «le plus gros plan partiel d’affectation du canton» à ce jour. La construction des premiers bâtiments vient tout juste de commencer, et le quartier doit à terme accueillir 2500 habitants et 300 places de travail. Outre la création du centre muséo-culturel, la commune anticipe d’autres investissements importants pour faire vivre ce nouveau bout de ville, notamment un collège de 20 classes. Bussigny-Ouest est la pièce maîtresse d’un développement urbain qui verra la population de la ville atteindre près de 15 000 habitants, contre 8200 fin 2016.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...