Passer au contenu principal

Aquatis met en lumière les rivières volantes

La fondation lausannoise consacre une exposition temporaire aux immenses masses de vapeur d'eau qui survolent l'Amazonie.

Aquatis consacre une exposition aux rivières volantes.

Aquatis à Lausanne consacre dès samedi une exposition temporaire au phénomène des rivières volantes en Amazonie. Ou comment des masses de vapeur d'eau provenant de l'océan Atlantique se déplacent vers le continent avant d'éclater sous forme de pluies.

Des milliards de tonnes d'eau

Ces impressionnantes masses sont essentiellement produites par la transpiration des plantes. Après s'être formées, les rivières volantes progressent petit à petit vers la Cordillère des Andes où la vapeur d'eau se recycle en passant au-dessus des forêts.

Arrivées à la hauteur de l'imposante chaîne de montagnes, une partie se déverse et alimente les cours d'eau, explique le dossier de presse. L'autre partie dévie vers les Etats-Unis au nord et l'Argentine au sud puis se transforme en précipitations.

Et la quantité d'eau déversée dans cette région est loin d'être anecdotique. D'une superficie de 5,5 millions de km2, la forêt amazonienne libère quelque 20 milliards de tonnes d'eau en une seule journée par l'évapotranspiration des arbres. C'est plus que le fleuve Amazone qui répand 17 milliards de tonnes d'eau chaque jour dans l'océan Atlantique.

Indispensables forêts

L'exposition proposée par la Fondation Aquatis rappelle le rôle vital des forêts. A l'heure où les incendies en Amazonie suscitent inquiétudes et interrogations, l'événement revient sur les services qu'elles rendent à l'écosystème: elles stabilisent le climat, filtrent l'air et préservent la biodiversité.

Grand spécialiste des rivières volantes, Gérard Moss a largement contribué à la réalisation de cette exposition. Etabli au Brésil avec son épouse Margi, ce pilote suisse survole régulièrement la région. Depuis 2007, il collabore avec le professeur Antonio Nobre sur les rivières volantes dans le cadre du projet «Rios voadores» qui met en évidence le lien entre déforestation et dérèglement climatique.

L'exposition temporaire, qui occupe deux salles d'Aquatis, propose un parcours immersif et didactique avec différents niveaux de lecture. Expériences tactiles, animations ludiques et un film 3D sont au menu. A découvrir jusqu'au 28 juin 2020.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.