Aigle et Monthey arrêtent l'expérience PubliBike

Vaud/ValaisA cause du nombre stagnant d'utilisateurs, les deux communes ont décidé de mettre fin au contrat.

Les deux villes formaient le réseau du Chablais.

Les deux villes formaient le réseau du Chablais.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les villes d'Aigle (VD) et de Monthey (VS) mettent fin à leur contrat avec PubliBike. Elles se déclarent «peu satisfaites» de l'expérience menée depuis six ans.

La fin de l'exploitation est fixée au 31 janvier. Des mesures compensatoires seront mises en place à Aigle pour encourager la mobilité douce, précise jeudi le communiqué de la municipalité vaudoise.

Depuis l'introduction de PubliBike (vélos en libre-service), le réseau «n'a pas réussi à prendre son essor». Malgré quatre stations à Aigle et six à Monthey, «le nombre d'utilisateurs a stagné», poursuit la commune qui parle d'un système trop compliqué. Les utilisateurs fréquents (moins d'une vingtaine à Aigle) seront informés par PubliBike qui remboursera les abonnements au pro rata. Les stations seront démontées dès le 2 février.

A Aigle, la municipalité a décidé des mesures compensatoires. La subvention communale pour l'achat de vélos électriques passera à 30% du prix d'achat et sera plafonnée à 500 francs. Les utilisateurs fréquents de PubliBike pourront obtenir sans frais un vélo du réseau et trois stations BikeLab (réparations, support, outils) seront installées.

A Monthey, six à dix vélos seront mis à disposition gratuitement des plus fidèles usagers de PubliBike, explique de son côté Daniel Comte, délégué à la mobilité de la commune. (ats/nxp)

Créé: 19.01.2017, 16h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...