Violence domestique: Neuchâtel s'adapte

Canton de NeuchâtelLe Conseil d'Etat neuchâtelois prévoit d'allouer annuellement une somme supplémentaire de 30'000 francs pour la sensibilisation du public et de créer un emploi à 20%.

Neuchâtel ne veut plus parler uniquement de violence conjugale mais de violence domestique.

Neuchâtel ne veut plus parler uniquement de violence conjugale mais de violence domestique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Neuchâtel veut adapter son dispositif de lutte contre la violence domestique pour le rendre plus efficace et conforme à la Convention d'Istanbul. La violence conjugale touche environ 500 personnes par année dans le canton.

Pour se mettre en conformité avec la Convention d'Istanbul, le canton veut adapter la loi pour ne plus parler uniquement de violence conjugale mais de violence domestique, a indiqué jeudi le Conseil d'Etat dans un rapport. La violence domestique couvre toutes les violences intrafamiliales, par exemple entre un frère et une soeur.

De plus, le canton veut regrouper au sein d'un seul centre de compétences l'application de la Convention d'Istanbul. Cet organe sensibilisera et informera les familles issues de la migration à propos des mariages forcés ou des mutilations génitales féminines.

Création d'un poste à 20%

Le Conseil d'Etat prévoit d'allouer annuellement une somme supplémentaire de 30'000 francs pour la sensibilisation du public et de créer un emploi à 20%, venant s'ajouter à un poste à 30%, pour absorber les tâches découlant de la convention. «Cette augmentation semble un compromis acceptable entre une dotation comparable à celle des cantons voisins et les possibilités financières du canton», estime le gouvernement.

La Convention d'Istanbul est une convention du Conseil de l'Europe, signée par 28 Etats et qui est entrée en vigueur en Suisse en avril 2018. Elle condamne toutes les formes de violence à l'égard des femmes, soit tout acte fondé sur le genre susceptible d'engendrer des dommages ou souffrances de nature physique, sexuelle, psychique ou économique, y compris la menace de se livrer à de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou la vie privée.

En Suisse, les victimes de violence domestique et de harcèlement obsessionnel (stalking) seront mieux protégées dès juillet 2020. Le Conseil fédéral a fixé la semaine dernière l'entrée en vigueur d'un paquet de mesures, avec notamment le port d'un bracelet électronique par l'auteur potentiel de violences. (ats/nxp)

Créé: 11.07.2019, 10h57

Articles en relation

Garder des preuves de cyberviolence conjugale

Semaine de l'égalité Des conseils destinés aux victimes et à leurs proches ont été prodigués lors d’une table ronde. Plus...

Médias: les violences sexistes sont mal traitées

Suisse romande De nombreux médias romands ne couvrent pas de manière judicieuse la violence faite aux femmes. Une association s'en émeut, samedi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...