Politique culturelle vaudoise: quatre missions

Canton de Vaud La valorisation du patrimoine matériel et immatériel est une des quatre missions présentées par le canton de Vaud lundi, dans le cadre sa politique culturelle.

Ces missions principales donnent des orientations larges au Service des affaires culturelles (SERAC), a expliqué la conseillère d'Etat Cesla Amarelle.

Ces missions principales donnent des orientations larges au Service des affaires culturelles (SERAC), a expliqué la conseillère d'Etat Cesla Amarelle. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le canton de Vaud a présenté lundi les lignes directrices de sa politique culturelle. Soutien à la création artistique, valorisation du patrimoine matériel et immatériel, médiation culturelle et collaboration avec les communes font partie de ses quatre axes forts.

Ces missions principales donnent des orientations larges au Service des affaires culturelles (SERAC) pour la législature 2017-2022, a expliqué la conseillère d'Etat Cesla Amarelle devant la presse réunie à Lausanne. Elles visent à favoriser l'accès à la culture pour tous, reconnaître toutes les formes d'expression, conjuguer la culture avec l'école et coordonner les efforts du canton et des communes.

En ce qui concerne l'accès à la culture pour tous, «l'enjeu majeur» concerne les infrastructures, avec l'intégration du Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) sur le site de Plateforme 10 cette année, suivie de celle du Musée de l'Elysée et du Mudac en 2021. Ces institutions sont redimensionnées de manière ample, a rappelé la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC).

Palais du savoir

Autre point fort, le Palais de Rumine à Lausanne. «Nous avons envie d'en faire un Palais du savoir qui cristallise la jonction entre arts et sciences, pour nous absolument essentielle», a relevé la cheffe du DFJC. Les musées qui y sont installés restent tous, a précisé la ministre.

Le sort du Musée Arlaud voisin sera clarifié, une fois la mission de Rumine précisée, mais il restera dévolu à la culture. De son côté, Avenches aura son propre musée pour valoriser ses trésors archéologiques romains, dans un nouveau bâtiment encore à concevoir et à bâtir, a ajouté la conseillère d'Etat.

Deux nouveaux appels à projets

Au-delà des investissements, le soutien à la création artistique indépendante occupe près de la moitié du budget du SERAC. Le canton subventionne des projets et des acteurs de la culture à hauteur de 34 millions. Plus de 500 demandes sont acceptées chaque année.

Deux nouveaux appels à projets ont été lancés en 2019: l'enquête photographique vaudoise et le jeu vidéo, a noté Mme Amarelle. Ils s'ajoutent aux différentes bourses existantes pour soutenir les artistes.

Echanger les meilleures pratiques

Pour coordonner les efforts culturels dans tout le canton, une plate-forme canton-communes va être développée. Il ne s'agit pas seulement de la question des villes-centres mais aussi de pouvoir échanger les meilleures pratiques, de mutualiser, a noté Mme Amarelle. Une lettre va être envoyée cette semaine à une vingtaine de communes.

Et la conseillère d'Etat de citer en exemple la romanité qui concerne plusieurs communes. Le canton doit pouvoir offrir son rôle de coordinateur pour répondre aux besoins d'unité concernant ces sites romains.

Démocratisation via les écoles

Autre accent fort, la médiation culturelle. Elle va être développée dans les écoles avec un projet-pilote qui commence l'automne prochain. La démocratisation de la culture ne peut passer que par le milieu scolaire, estime la cheffe du DFJC.

Et la conseillère d'Etat de conclure par un message: «La politique culturelle a aussi pour objectif que nous écoutions plus les artistes. Le monde serait bien meilleur si on les écoutait davantage», a insisté la conseillère d'Etat.

Deux lois

Ces lignes directrices sont publiées pour la première fois par le SERAC. Elles résultent de deux nouvelles lois entrées en vigueur en 2015: la loi sur la vie culturelle et la création artistique et la loi sur le patrimoine mobilier et immatériel, progressivement mises en oeuvre, a rappelé la cheffe du SERAC Nicole Minder.

«Nous avons la chance d'avoir parmi nos institutions cantonales sept musées et une bibliothèque», dont le budget annuel s'élève à 42 millions. «Nous avons des projets pour toutes ces institutions. C'est unique en Suisse», s'est-elle réjouie. (ats/nxp)

Créé: 24.06.2019, 11h58

Articles en relation

Première oeuvre pour le Musée des Beaux-Arts

Lausanne Une sculpture de Giuseppe Penone a été installée dans le hall d'entrée du nouveau Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...