Jean-Marie Bornet se dit très déçu

ValaisL'ancien porte-parole de la Police valaisanne Jean-Marie Bornet a réagi vendredi soir à la décision du Tribunal fédéral.

Jean-Marie Bornet.

Jean-Marie Bornet. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La décision du Tribunal fédéral de rejeter le recours de Jean-Marie Bornet sur son licenciement est «incompréhensible», selon l'ancien porte-parole de la police cantonale valaisanne. Il exprimait vendredi soir sa déception.

«C'est un soulagement», même si la décision n'est pas en sa faveur, écrit-il. Il continuera à s'engager pour le Valais en défendant notamment les deux thèmes qui ont mené à son licenciement: un juste fonctionnement de la justice et la nécessité de réviser le programme Via Sicura.

Sur trois pages, il revient sur les détails de l'affaire après avoir été «tenu au silence en raison de la procédure». Il accuse tour à tour le procureur général du Valais, des juges, le commandant de la police cantonale, un journaliste et le Conseil d'Etat de l'époque. Selon lui, «les vraies raisons de mon licenciement ne sont pas les prétextes figurant dans le dossier, mais bien mon engagement politique et la création d'une nouvelle formation politique», le «Rassemblement Citoyen Valais» (RCV).

Rupture de confiance

Jean-Marie Bornet avait été licencié le 12 avril 2017 par le Conseil d'Etat. Les autorités avaient évoqué une rupture des liens de confiance, et plus particulièrement des prises de position publiques contraires à la charge d'un chef de la prévention et de l'information et porte-parole de la police cantonale.

Alors candidat au Conseil d'Etat pour le RCV à l'élection de 2017, l'officier s'était notamment vu reprocher ses critiques sur le programme de circulation routière Via Sicura. Il s'en était également pris au Ministère public dans le cadre d'une procédure dont il était l'objet, procédure qui a été classée par la suite.

Dans un arrêt publié vendredi, le Tribunal fédéral estime que le Tribunal cantonal n'a pas versé dans l'arbitraire en considérant que Jean-Marie Bornet, en tant que porte-parole de la police, avait violé ses devoirs de service en tenant publiquement des propos irrespectueux à l'égard d'une juge de district et en mettant en cause l'intégrité du Ministère public. (ats/nxp)

Créé: 03.08.2019, 11h35

Articles en relation

Le licenciement de Jean-Marie Bornet définitif

Valais L'ex-porte-parole de la Police cantonale valaisanne contestait son licenciement lors de la campagne en vue de l'élection au Conseil d'Etat de 2017. Plus...

Le licenciement de Jean-Marie Bornet validé

Canton du Valais L'ex-chef de la prévention et de l’information, porte-parole de la Police cantonale valaisanne, a été débouté dans son recours contre son licenciement. Plus...

La demande de récusation de Bornet rejetée

Justice Le Tribunal cantonal valaisan pourra se prononcer sur le dossier de licenciement de Jean-Marie Bornet. Le TF a rejeté vendredi sa demande de récusation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.