Passer au contenu principal

L’incroyable histoire de tableaux volés par les nazis

Des œuvres pillées sous l’occupation sont restituées à Diego Gradis, descendant d’une riche famille juive victime du IIIe Reich.

Les quatre tableaux pillés par les nazis sous l’Occupation sont arrivés jeudi à Rolle, chez Diego Gradis, petit-fils de Georgette Deutsch de la Meurthe. De g. à dr.: deux scènes campagnardes de Charles Eisen, peintre et graveur réputé du XVIIIe siècle, un crayonnage d’Anne Vallayer-Coster, la professeure de Marie-Antoinette, et un portrait de Gabriel de Saint-Aubin.
Les quatre tableaux pillés par les nazis sous l’Occupation sont arrivés jeudi à Rolle, chez Diego Gradis, petit-fils de Georgette Deutsch de la Meurthe. De g. à dr.: deux scènes campagnardes de Charles Eisen, peintre et graveur réputé du XVIIIe siècle, un crayonnage d’Anne Vallayer-Coster, la professeure de Marie-Antoinette, et un portrait de Gabriel de Saint-Aubin.
FLORIAN CELLA

Les tableaux livrés jeudi chez Diego Gradis à Rolle ne sont pas des chefs-d’œuvre valant une fortune. Mais pour ce descendant de la famille Deutsch de la Meurthe, qui l’a mandaté pour s’occuper de leur restitution par l’Allemagne, ces quatre objets d’art ont une haute valeur symbolique. «Ces œuvres sont des témoins de la spoliation de la communauté juive par le régime nazi. L’idée est de les mettre en valeur dans un but pédagogique», déclare le petit-fils de Georgette Deutsch de la Meurthe, qui avait ces tableaux accrochés aux murs de son hôtel particulier du XVIe arrondissement de Paris.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.