Le Valais attire des chasseurs du monde entier

FauneBouquetins et chamois font l'objet d'un tir très réglementé en Valais. Ce qui n'empêche pas les chasseurs d'affluer de partout.

Un chasseur emporte la dépouille d'un chamois dans la région de Nax (VS), en septembre 2017.

Un chasseur emporte la dépouille d'un chamois dans la région de Nax (VS), en septembre 2017. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chasseurs du monde entier viennent chaque année en Valais pour un tir très réglementé de bouquetins ou de chamois. L'intérêt est grand, mais la liste d'attente est longue. Ces autorisations de tir spéciales rapportent quelque 500'000 francs au canton.

Les chasseurs viennent de Suisse, mais aussi d'Allemagne, d'Autriche, d'Espagne, d'Italie, voire même des Etats-Unis et d'Amérique du Sud pour ce gibier qu'ils n'ont pas l'occasion de chasser chez eux. «Le tir nécessite un permis de chasse suisse ou étranger et se déroule selon des conditions fixées dans la législation valaisanne», a précisé à l'ats Peter Scheibler, chef du Service valaisan de la chasse.

Tir accompagné

Le tir s'effectue accompagné d'un garde-chasse. C'est lui et lui seul qui indique le chamois ou le bouquetin que le chasseur-client peut abattre, en fonction de l'âge et du sexe de l'animal.

«En ce qui concerne le chamois, la chasse se déroule normalement dans un district franc, là où quasiment aucune régulation du gibier n'a lieu», souligne Peter Scheibler. En général, le garde-chasse désigne à son client une vieille chèvre (femelle du chamois), mais très rarement un mâle, déjà régulé lors de la chasse haute ordinaire.

Patienter plusieurs années

La demande pour cette spécialité valaisanne dépasse largement l'offre et la liste d'attente est longue. Les Valaisans ont la priorité sur les chasseurs venant d'autres cantons ou de l'étranger, mais tous doivent patienter parfois plusieurs années pour abattre l'animal convoité.

Car la quantité de bêtes proposées varie d'une année à l'autre, selon par exemple que l'hiver a été rude ou doux ou qu'une maladie a frappé le cheptel, note Peter Scheibler. Le nombre de chasseurs qui décrochent annuellement une autorisation varie, lui aussi. En 2017, 120 bouquetins environ et une centaine de chamois sont ou seront abattus par autant de chasseurs. Ceux qui convoitent un bouquetin mâle proviennent à 60% de l'extérieur du canton, dont la moitié environ de l'étranger.

Des cornes à 12'000 francs

Les tarifs sont plutôt élevés pour ceux qui ne sont pas domiciliés en Valais: 2000 francs pour une autorisation de tirer un chamois ou une étagne (femelle du bouquetin) et jusqu'à 12'000 francs pour un bouquetin mâle selon la longueur de ses cornes.

Ces autorisations de chasse spéciales rapportent chaque année en moyenne 400'000 à 500'000 francs au Service valaisan de la chasse, de la pêche et de la faune. Le montant est "réinvesti dans le fonctionnement du service et permet notamment de maintenir le prix du permis de chasse à un niveau raisonnable, précise Peter Scheibler.

Propriété du client

L'animal abattu lors de ce tir - soit dès le début août pour le chamois et durant l'automne pour le bouquetin - appartient au client. Il est libre d'en disposer.

Les chasseurs venus de Suisse emportent la bête entière. Ceux qui ont fait le voyage depuis l'étranger en avion par exemple, exploitent la viande sur place et n'emportent en général avec eux que le trophée. (ats/nxp)

Créé: 15.10.2017, 08h50

Articles en relation

La chasse, produite en élevage et à l'étranger

Alimentation La majeure partie du gibier consommé en Suisse n'est pas le fruit du tir des chasseurs et est également importée. Plus...

Mission accomplie pour les chasseurs valaisans

Faune Au terme de deux semaines de chasse au gros gibier, les objectifs de régulation fixés par les autorités cantonales ont été atteints. Plus...

La saison de chasse ouvre lundi

Canton du Jura A partir de la semaine prochaine, les chasseurs jurassiens pourront arpenter les forêts du canton trois fois par semaine. Plus...

Il y a de moins en moins de chamois en Suisse

Faune La faute à une chasse trop intensive que les chasseurs se sont engagés fin 2016 à réguler. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...