La révision totale de la loi sur la santé divise

ValaisLe parlement valaisan est partagé sur l'inscription, dans la loi, du suicide assisté dans les EMS.

Le suicide assisté en EMS ne fait pas l'unanimité au parlement valaisan.

Le suicide assisté en EMS ne fait pas l'unanimité au parlement valaisan. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Inscrire le suicide assisté dans les EMS comme un droit dans la loi valaisanne divise au parlement. Si le Conseil d'Etat veut maintenir la liberté actuelle laissée aux médecins, la Commission de la santé défend une équité de traitement pour les patients du canton.

Réuni lundi, le législatif cantonal s'est montré divisé sur la question. Il y a clairement un clivage géographique. Les députés du Haut-Valais défendent plutôt la position de l'Exécutif. Les représentants du Bas-Valais se rallient en majorité à la commission. Au centre du canton, la question ne fait pas l?unanimité dans un sens ou l'autre.

Il ne s'agit pas de choisir entre la vie et la mort, mais de laisser la possibilité de mourir autrement, a rappelé la députée PLR Sylvie Masserey Anselin. Cette question n'a pas sa place dans une loi sur la santé, lui a répondu la députée du PDC du Haut, Gaby Fux-Brantschen. C'est une responsabilité des EMS.

Entrée en matière acquise

Les Verts défendent, eux, l'idée d'interdire de pratiquer la publicité. Pour le député PDC Vincent Roten, il faut surtout privilégier l'intérêt des patients et des familles. En dépit des vives discussions, l'entrée en matière n'a toutefois pas été combattue. Tous les groupes politiques l'ont soutenue. Une bonne quarantaine d'amendements, dont trente de l'UDC du Valais romand (UDCVR), seront traités jeudi après-midi.

Le projet de loi soumis aux députés valaisans prévoit de stricts garde-fous pour avoir droit à l'assistance au suicide. La personne devra souffrir d'une maladie ou de séquelles d'un accident graves et incurables. Le retour à son domicile devra être jugé impossible. Enfin, le patient devra clairement expliciter son choix de bénéficier d'un suicide assisté.

Dans diverses prises de position, la Conférence des évêques suisses, l'évêché de Sion et l'association des soins palliatifs en Valais se sont prononcés pour le statu quo, soit la version du gouvernement. La nouvelle loi valaisanne sur la santé devrait entrer en vigueur en 2020. (ats/nxp)

Créé: 06.05.2019, 13h54

Envies suicidaires? Faites-vous aider!

Selon Stopsuicide.ch, la problématique du suicide est un sujet complexe et multiple qui ne peut s'expliquer au travers d'une réponse unique. Cette association vise à briser le tabou qui englobe le suicide afin de réfléchir aux différents moyens permettant de mettre en oeuvre une aide concrète destinée aux jeunes en souffrance.

D'autres structures comme La Main Tendue (composez le 143) et la Ligne d'aide pour jeunes (147) sont également disposées à aider.

Articles en relation

Pas de loi sur l'aide au suicide en Valais

Sion Les députés ne veulent pas encadrer l'aide au suicide via la législation comme dans le canton de Vaud. Plus...

L'aide au suicide interpelle l'Eglise catholique

Canton du Valais Face à la délicate question de l'euthanasie, l'Evêché de Sion a clarifié la position de l'Eglise jeudi devant les médias. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...