«La Suisse doit se montrer plus forte face à l'UE»

DiplomatiePour Magdalena Martullo-Blocher, la Suisse doit réfléchir à des mesures défensives pour se placer en position de force

Magdalena Martullo-Blocher

Magdalena Martullo-Blocher Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La conseillère nationale UDC des Grisons, Magdalena Martullo-Blocher, appelle jeudi la Suisse à agiter la menace de sanctions face à l'Union européenne (UE). Selon elle, le pays doit se montrer plus fort.

«Nous organisons et finançons le transport nord-sud pour l'Europe», remarque Mme Martullo-Blocher dans un entretien diffusé jeudi par la Neue Zürcher Zeitung. Elle propose donc de ne plus «subventionner» le trafic de transit. «Les transports à travers la Suisse coûteraient beaucoup plus cher à l'UE», estime-t-elle.

La Suisse doit réfléchir, poursuit-elle, à plus de mesures défensives, qui placent la Suisse en position de force et l'UE en position de dépendance. Elle cite notamment les relations économiques très étroites avec l'UE et l'emploi de nombreux Européens dans le pays.

Règlement de comptes avec le PLR

De telles actions ont permis à la Suisse de réintégrer le programme européen de recherche «Horizon 2020», affirme la vice-présidente de l'UDC. «Après l'exclusion de la Suisse, l'UE s'est rapidement rendu compte qu'elle n'était plus en mesure de réaliser ses programmes les plus performants» et l'a réintégrée provisoirement.

La fille de l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher s'en prend également aux libéraux-radicaux: «Le PLR est prêt à tout sacrifier pour l'étranger: reprise de la régulation, abandon de l'autodétermination et, maintenant, l'abandon des mesures d'accompagnement». «L'action du PLR pour l'économie est de manière générale surestimée», lance-t-elle.

La présidente du PLR, Petra Gössi, qui avait décrit l'UDC comme un parti isolationniste, en prend également pour son grade: «Nous sommes toujours en faveur du libre-échange et des relations internationales», martèle Mme Martullo-Blocher. Elle propose de négocier un traité de libre-échange avec les Etats-Unis, mais en excluant l'agriculture, au motif de «sécurité nationale». (ats/nxp)

Créé: 12.07.2018, 06h51

Articles en relation

«Magdalena Martullo pourrait me succéder»

Suisse Ueli Maurer a déjà dit qu'il s'engagerait dans une nouvelle législature. Il n’exclut pas que la fille de Christophe Blocher puisse par la suite reprendre son siège. Plus...

Blocher et Freysinger se retirent de la tête de l'UDC

Suisse Le tribun quitte la direction du parti, tout comme Walter Frey et le Valaisan Oskar Freysinger. Sa fille Magdalena Martullo est proposée comme nouvelle vice-présidente. Plus...

La fille Blocher ne veut pas être à la tête de l'UDC

Suisse Selon l'ex-conseiller fédéral Christoph Blocher, Magdalena Martullo, patronne d'EMS-Chemie, refuse d'entrer à la direction du parti. Il égratigne au passage aussi Ignazio Cassis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.