La Suisse dit adieu aux crétins des Alpes

Histoire - 1922L’adjonction d’iode dans le sel de cuisine va permettre d’éradiquer l’un des plus graves problèmes de santé des pays alpins.

«Joseph le crétin», photographié dans les Pyrénées par le Français Eugène Trutat (1840-1910).

«Joseph le crétin», photographié dans les Pyrénées par le Français Eugène Trutat (1840-1910). Image: MUSÉUM DE TOULOUSE/WIKIMÉDIA COMMONS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 21 janvier 1922 se réunit à Berne une assemblée médicale et scientifique, convoquée par le Service fédéral de l’hygiène publique, qui va bouleverser la vie de milliers d’individus, en Suisse et dans le monde: la «Commission du goitre». Sa mission consiste à faire le point sur les connaissances et à trouver une solution au problème de cette maladie qui affecte de très nombreux citoyens, tout particulièrement dans les pays alpins — une enquête menée à Berne cette année-là sur 9'000 enfants montre que 50% d’entre eux en sont atteints.

Le goitre, ce gonflement de la partie antérieure du cou, est dû à l’augmentation de volume de la glande thyroïde. Une hypertrophie causée, dans la plupart des cas, par un manque d’apport en iode, élément indispensable à la fabrication des hormones thyroïdiennes. Or ces dernières jouent un rôle primordial dans les processus de développement du fœtus, de maturation du système nerveux, grosso modo de toute la croissance du corps humain. À l’extrême, la carence en iode provoque l’apparition de ce qu’on a appelé depuis la nuit des temps les «crétins des Alpes».

De la maladie à l’injure

Si le goitre peut être relativement bénin, il en va autrement du crétinisme. Celui-ci produit des individus dont le développement physique aussi bien que mental a été entravé par cette déficience hormonale et dont l’état peut aller jusqu’à un handicap mental grave, ne dépassant pas, à l’âge adulte, les capacités d’un petit enfant. Les crétins restent de petite taille – parfois moins d’un mètre – leurs os et leur corps sont généralement déformés, ils possèdent un visage lunaire à la peau fripée, souffrent de problèmes dentaires, ils sont parfois sourds-muets.

Par l’intermédiaire du capitaine Haddock qui l’adresse au professeur Tournesol, Hergé a popularisé l’injure «crétin des Alpes» dès «Le trésor de Rackham le Rouge» et, de nos jours, l’expression peut faire sourire. Mais ce n’était pas le cas autrefois. En 1843, la Société des sciences helvétiques recensait 3'000 crétins en Valais. À la même époque, il pouvait y en avoir près de 20'000 en France, et bien d’autres répartis dans les différentes régions montagneuses d’Europe, Alpes bien sûr, mais aussi Pyrénées, Vosges ou en Écosse. Un véritable problème de santé publique qui alerte jusqu’aux militaires, fâchés de voir de nombreux soldats potentiels leur échapper.

Moudon
Un goitreux sur une miséricorde d’une stalle du chœur de l’église Saint-Étienne. Photo Gilles Simond

Le dictionnaire Le Robert voit l’étymologie du terme crétin dans une déformation du mot «chrétien» dans le Valais du XVIIIe siècle, dans le sens d’innocent. En pays catholique, le simple d’esprit est en effet considéré comme promis au royaume du Seigneur. Et le Valais est, à cette époque, «la capitale alpine du crétinisme», comme l’ont signalé divers écrivains voyageurs, dont Goethe à la fin du XVIIIe siècle.

Compenser la carence en iode

Que va faire la Commission du goitre? Proposer une solution simple: mettre de l’iode dans le sel de cuisine pour compenser sa carence dans l’alimentation des populations vivant loin de la mer. Il suffisait d’y penser. L’efficacité de l’iode dans le traitement du goitre était connue depuis belle lurette, et notamment via les travaux du médecin en chef de l’Hôpital de Genève du début du XIXe siècle, Jean-François Coindet. Fondateur de la Société médicale de Genève, il soumit dès 1810 quelques crétins à un traitement iodé et publia en 1820 «Mémoire sur la découverte d’un nouveau remède contre le goitre».

«Aussitôt que l’on eut indiqué la teinture d’iode pour guérir le goitre (sic), on en fit un emploi inconcevable. Il fut poussé si loin que je pourrais dire, sans trop d’exagération, que le flacon de teinture d’iode se portait en place de bonbonnière»

Mais l’opposition de ses confrères fut vive et, en Suisse romande, on se rua trop imprudemment sur l’iode, sans notion de dosage, comme le constata le Dr Linck à Lausanne: «Aussitôt que l’on eut indiqué la teinture d’iode pour guérir le goitre (sic), on en fit un emploi inconcevable. Il fut poussé si loin que je pourrais dire, sans trop d’exagération, que le flacon de teinture d’iode se portait en place de bonbonnière […]. Chacun en usait, même ceux qui craignaient que le goitre pût leur venir dans la suite, et, dans les pharmacies, on donnait le médicament sans prescription du médecin.»

Il faut dire que le monde médical et scientifique de l’époque rivalise de théories sur les causes du goitre et du crétinisme. La thèse de la qualité de l’air, vue comme déficiente dans le fond des vallées alpines, a ses tenants. D’autres soupçonnent une origine infectieuse, donc un risque de contagion, ou cherchent la réponse dans les parasites intestinaux des crétins. L’hygiène insuffisante des populations alpestres est également mise en cause, de même qu’une possible toxicité du sol, voire de l’eau issue des torrents. Certains chercheurs voient dans le crétinisme une «dégénérescence de la race», d’autres une «race en voie d’extinction», pensant découvrir dans les yeux bridés des pauvres crétins valaisans, savoyards ou aostois l’ultime héritage des Huns qui envahirent l’Europe durant le haut Moyen Âge.

Des médecins à convaincre

Cette multiplicité des étiologies ralentit considérablement la mise en place d’une véritable prophylaxie du crétinisme. À tel point que lorsque la Commission du goitre propose sa solution à la fois pionnière, simple et efficace de sel iodé, le débat est relancé, notamment autour de la toxicité de l’iode, et de nombreux et éminents médecins doivent être patiemment convaincus. Les débuts sont donc lents, et ici ou là les efforts sabotés, car le goitre permettait d’éviter le service militaire…

«Avant le traitement, 3'200 écoliers, soit 100%, atteints de goitre. Après le traitement, 2'781 écoliers, soit 86,9%, exempts de goitre»

Cependant, les premiers essais, effectués en Appenzell Rhodes-Extérieures avec du sel de cuisine enrichi de quelques milligrammes d’iode par kilo, et en Valais avec des tablettes de chocolat ioduré, obtiennent des résultats spectaculaires. «Avant le traitement, 3'200 écoliers, soit 100%, atteints de goitre. Après le traitement, 2'781 écoliers, soit 86,9%, exempts de goitre», se réjouit ainsi «L’Illustré» en octobre 1922.

La prophylaxie par le sel iodé s’étend à toute la Suisse dans les années qui suivent et plus aucun crétin ne naît dès lors dans le pays. Le dernier d’entre eux s’éteint en 1970. S’il a désormais disparu des pays industrialisés en général, le crétinisme dû à une carence en iode est hélas encore présent dans diverses régions du monde, le plus souvent dans les montagnes d’Asie ou d’Afrique. (TDG)

Créé: 06.01.2019, 10h03

La saga des crétins

Historien et critique de cinéma, Antoine de Baecque est un grand connaisseur des Alpes. Il a raconté l’histoire de leurs chemins et sa randonnée personnelle dans «La traversée des Alpes» (chez Gallimard).

Les récits de ses prédécesseurs, écrivains marcheurs sur les sentiers montagneux, de l’Anglais Thomas Martyn aux Genevois Rodolphe Töpffer et Horace-Bénédict de Saussure, en passant par l’Allemand Johann von Goethe ou le Bernois Albrecht von Haller, l’ont mis sur la piste de ces crétins des Alpes qu’ils ont tous décrits, «malédiction de la beauté des paysages alpins», moqués par les uns, «présent de la Providence» pour les plus croyants.

Dans sa foisonnante «Histoire des crétins des Alpes», de Baecque raconte leur apparition dans la littérature, l’histoire de la recherche scientifique et les longs atermoiements des médecins au moment de venir à leur aide, les tentatives de les éduquer et leur enfermement. Car le crétin, cobaye de toute sorte d’expériences, médicales, chirurgicales ou pédagogiques, généralement inutiles, a aussi été une victime innocente, «dont le sacrifice fut un scandale silencieux».

De Baecque rend une sorte d’hommage à ces pauvres hères, parfois considérés comme des non-humains, «un chapitre entre l’homme et le singe», voire une curieuse créature «qu’on pourrait assimiler à l’huître»: il rappelle qu’en se revendiquant «crétins» aujourd’hui, certains prennent à contre-pied les valeurs bourgeoises et se démarquent du bon goût, tendant un miroir à la bien-pensance. La revanche des crétins des Alpes.

«Histoire des crétins des Alpes»
Antoine de Baecque
La Librairie Vuibert, 2018

Sources

- Dictionnaire historique de la Suisse, article «crétinisme», www.hls-dhs-dss.ch

- «Geschichte und Ikonographie des endemischen Kropfes und Kretinismus», Franz Merke, Verlag H. Huber, 1971

- «Die hundertjährige Leidensgeschichte der Jodsalzprophylaxe des endemischen Kropfes»,
F. Merke, «Gesnerus, Swiss Journal of the History of medicine and sciences», 1974

- «La commission suisse du goitre du 22 janvier 1922. Une séance historique quant à l’usage du sel iodé en Suisse et dans les pays occidentaux», Bruno Bonnemain, «Revue d’histoire de la pharmacie», 2001

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...