Passer au contenu principal

La Suisse accueillera des réfugiés venant de Turquie

Au mois de septembre, l’afflux de réfugiés en Grèce et sur sol turc a fortement grimpé.

Le chef du Secrétariat d'Etat aux migrations Mario Gattiker a décrit une nouvelle hausse de réfugiés observée sur la route des Balkans.
Le chef du Secrétariat d'Etat aux migrations Mario Gattiker a décrit une nouvelle hausse de réfugiés observée sur la route des Balkans.
Keystone

La guerre turco-kurde à la frontière Syrienne fait sentir ses effets jusqu’en Suisse. Et pas seulement en raison des manifestations de soutien aux populations kurdes qui ont eu lieu samedi à Genève, Berne et Lucerne. Les combats pourraient mettre une nouvelle fois sous pression la route des Balkans, où de premiers réfugiés non enregistrés dans l’espace Schengen ont été récupérés, relate la «NZZ am Sonntag».

«Il est clair que la situation en Syrie a un impact à long terme sur le front de la migration en Europe», explique au journal dominical Mario Gattiker, le directeur du Secrétariat d’État aux migrations (SEM). La crainte que des combattants de l’EI évadés des prisons syriennes, dans le chaos des hostilités, tentent de rentrer en Europe – et en Suisse pour certains – apparaît en filigrane.

De manière générale, la pression migratoire à la périphérie de l’espace Schengen a fortement augmenté au mois de septembre. Sur les îles grecques, les débarquements de bateaux de réfugiés en provenance de Turquie ont augmenté de 30% le mois dernier par rapport à 2018. Cela est notamment dû à la pression croissante exercée sur les Afghans et les Pakistanais arrivés irrégulièrement sur sol turc. Les réfugiés syriens cherchant à se déplacer à l’ouest expliquent également cet accroissement.

En réaction, la Suisse va accueillir des réfugiés en provenance de Turquie, et ce malgré l’assaut controversé que les forces d’Ankara mènent en Syrie. «Nous prévoyons d’accepter pour la première fois au cours des deux prochaines années un petit contingent de réfugiés de Turquie dans le cadre du programme de réinstallation de l’ONU», déclare Mario Gattiker, qui fait remarquer que le fardeau de l’accueil de 3,6 millions de réfugiés est énorme pour la Turquie.

Soutien à la Grèce

Les premiers réfugiés arriveront au plus tôt l’année prochaine. La Confédération veut par ailleurs continuer de soutenir la Grèce. La ministre suisse de la Justice, Karin Keller-Sutter, a plaidé pour un plan d’action pour ce pays lors d’une récente rencontre des ministres de l’Intérieur et de la Justice de l’espace Schengen. Une réunion de travail est programmée dans les prochaines semaines. «Nous devons prendre des mesures pour garder la situation sous contrôle» dans les îles grecques, indique Mario Gattiker.

Pendant ce temps, samedi, un peu plus de 2000 personnes dénonçaient dans les rues de Genève, Berne et Lucerne l’offensive turque en Syrie.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.