Passer au contenu principal

Les subtilités de notre débat sur les retraites

Si aucune erreur n'est à relever durant l'échange de mercredi soir, les chiffres prêtent à interprétation.

A Genève, un nombreux public a voulu interpeller Alain Berset sur la question des retraites.
A Genève, un nombreux public a voulu interpeller Alain Berset sur la question des retraites.
Franck Mentha

«Il y a toujours 18% d’inégalité salariale entre hommes et femmes»Alessandro Pelizzari

C’est un des arguments du vice-président de la Communauté genevoise d’action syndicale, Alessandro Pelizzari, contre la hausse de l’âge de la retraite des femmes prévue dans la réforme Prévoyance 2020, lors du débat organisé par la Tribune de Genève mercredi. La conseillère aux Etats socialiste Liliane Maury Pasquier a alors fait remarquer que ce chiffre est surestimé.

En fait, la différence moyenne de salaire entre les sexes est bien de 18,1% en 2014, soit 1412 francs par mois. Mais 42% de cet écart seulement n’est pas expliqué par des facteurs objectifs. La discrimination peut par exemple se fonder sur le fait d’avoir des enfants ou pas. Donc la différence de salaire «non justifiée», basée sur la moyenne, n’est en réalité que de 7,4%, soit 599 francs par mois. Si l’on veut parler de l’inégalité salariale potentiellement discriminatoire, c’est donc à ce chiffre qu’il faut se référer.

Liliane Maury Pasquier a aussi pointé les contradictions de son autre adversaire de la soirée, le conseiller national PLR Benoît Genecand, sur l’augmentation des nouvelles rentes AVS de 70 francs par mois. Ce dernier a déclaré que «les retraités actuels ne toucheront rien. Ce n’est pas une plainte de ma part, mais on dit que c’est une réforme pour les plus pauvres de ce pays. Ceux qui vont toucher les 70 francs vont toucher moins de prestations complémentaires, donc pour ceux qui en ont vraiment besoin, ça ne fera aucune différence.» Et l’élue de gauche de le moquer: «Vous seriez malvenus de pleurer sur les retraités actuels, sachant que vous avez refusé que les 70 francs soient versés à l’ensemble des retraités, et sur ceux qui perdront leur droit aux prestations complémentaires, sachant que vous avez le projet de les baisser!» Benoît Genecand a alors nié avoir dit quoi que ce soit «contre les prestations complémentaires, si ce n’est qu’on en paie 5 milliards».

«Les 70 francs de rente AVS ne reviendront-ils qu’à ceux qui ont cotisé 44 ans? J’ai un doute…»Alain Berset, conseiller fédéral

Vrai. Pris de court par cette question d’un spectateur, l’élu a préféré vérifier avant de répondre. Son service de presse confirme que «les 70 francs sont effectivement destinés aux personnes qui présentent une durée de cotisation complète à l’AVS (44 années) et sont accordés indépendamment du niveau de revenu en complément aux rentes complètes. En cas de durée de cotisation incomplète en Suisse, les 70 francs sont réduits proportionnellement, dans la même mesure que la rente. Par exemple, une personne qui a cotisé 34 années en Suisse a droit à un supplément de 54 francs (34/44e de 70 francs). Il faut diviser le nombre d’années de cotisation par 44 ans et multiplier le résultat par 70 francs.»

«Une femme de 50 ans, ayant deux temps partiels pour 51 000 fr. par an, pourrait partir à la retraite à 64 ans et toucher 1800 fr. de plus»Alain Berset

Vrai, mais rare. C’est l’exemple concret préféré du conseiller fédéral dans cette campagne. Déjà servi lors de l’émission Infrarouge, il l’a répété lors de notre débat de mercredi. Selon les vérifications de nos confrères de la RTS, ce cas est correct, quoi que «tendancieux».

«En Suisse, seule une femme sur dix cumule plusieurs emplois», indique le site de la chaîne de service public. Ce type de profil, avec deux emplois à temps partiel, «subit deux fois la déduction de coordination, ce qui a pour effet de réduire ses rentes. Si cette femme n’avait qu’un seul travail à 100%, la différence entre la situation actuelle et celle avec la Prévoyance 2020 serait cette fois de 193 francs… en sa défaveur, selon les calculs de l’Office fédéral des assurances sociales.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.