Un ingénieur met les bâtons dans les roues du Gothard

Deuxième tube routierRodolphe Weibel relance le développement du ferroutage via le tunnel de faîte.

Rodolphe Weibel, dans sa maison de Paudex, planche depuis 2010 sur son idée pour résoudre la question du Gothard.

Rodolphe Weibel, dans sa maison de Paudex, planche depuis 2010 sur son idée pour résoudre la question du Gothard. Image: Christine Talos

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«J'espère que le peuple va dire non au Gothard le 28 février. Ainsi la Confédération devra tout remettre sur la table et prendra peut-être en compte cette fois ma solution qui, je persiste à la croire, est la meilleure!» Cette phrase émane de Rodolphe Weibel, un ingénieur EPFL en génie civil vaudois à la retraite. Sa proposition? Utiliser le vieux tunnel ferroviaire historique du Gothard pour le transformer en tunnel routier. Ce qui permettrait à Berne de rénover l'actuelle galerie comme elle le doit, sans devoir percer de nouveau tube.

Tout dépend de ce que l'on va faire du tunnel de faîte ferroviaire, explique le résident de Paudex (VD). Mais l'ingénieur part du principe que sa fréquentation va fortement chuter puisque tout le trafic de marchandises sera dévié sur le nouveau tunnel de base de 57 km qui sera inauguré en juin prochain. Et qu'il ne restera dès lors que le trafic régional pour cette ligne historique, ce qui serait peu rentable. D'autant que pour continuer de l'exploiter, il faudra aussi le rénover et le rendre conforme aux normes de sécurité.

Doris Leuthard répond

«Mon projet ferait économiser 1,5 milliard de francs à la Confédération», plaide Rodolphe Weibel. Et celui-ci planche sur son idée depuis un bout de temps déjà. J'en ai parlé dans la presse une première fois en 2008 et soumis ensuite mon projet aux services de Doris Leuthard fin 2010. La conseillère fédérale lui a alors répondu, sur la base d'études au Lötschberg, que transformer un tunnel ferroviaire en tube routier coûtait autant cher que de construire une nouvelle galerie. «Ce qui est faux», rétorque l'ingénieur, «car les deux sites n'ont rien à voir».

Rodolphe Weibel ne se décourage pas. Et prépare une étude détaillée en 2012 pour prouver qu'il a raison. Mais cette fois, Doris Leuthard ne répond plus et l'Office fédéral des routes lui renvoie une lettre polie sans réponse directe à son projet. Quant à la classe politique, d'abord intéressée, elle prend ses distances en raison du rejet de l'Office fédéral des routes (OFROU).

Une solution «irrecevable»

«La variante de Monsieur Weibel est généreuse, séduisante et sympathique. Mais malheureusement elle n'est pas compatible et a surtout été sous-estimée en termes de coûts. Elle a donc été jugée irrecevable par l'OFROU qui l'a étudiée», estime ainsi le conseiller aux Etats Olivier Français (VD/PLR), fervent défenseur du 2e tube. «Je le connais bien son projet, mais il contenait plein de détails qui auraient eu des coûts unitaires trop élevés.»

Il rappelle que nombre de propositions émanant de privés ou de groupes de privés ont été faites. Toutes ont été dûment examinées et rejetées, soit pour des raisons de coûts, soit pour des raisons techniques, rappelle-t-il. Seules deux ont été maintenues: la version du Conseil fédéral et celle des initiants qui prônent le ferroutage. Et pour Olivier Français, la solution prônée par le Conseil fédéral reste de très loin la plus logique sur le long terme, en termes d'entretien et de sécurité.

Rodolphe Weibel se défend: selon lui, l'OFROU a écarté sa proposition sous des motifs fallacieux. «Si vous aviez passé autant de temps sur un projet tel que celui-là, est-ce que vous apprécierez que quelqu'un de l'extérieur vienne avec une solution meilleure que la vôtre?», lance-t-il, un petit sourire en coin.

Une variante qui pourrait être réexaminée

Mais même du côté des opposants au 2e tube, on ne se montre pas très chaud sur sa variante. «Au début, je la trouvais très intéressante et nous l'avons soumise en commission pour examen. Il s'avère que les coûts de transformation auraient été trop élevés», selon l'OFROU, confirme le conseiller national vaudois et chef du groupe socialiste aux Chambres Roger Nordmann. «J'ai donc des doutes car tout cela paraissait ultra-compliqué sur le plan technique. Mais peut-être que l'OFROU nous a menti?»

Autre bémol: le socialiste estime que le tunnel ferroviaire historique sera maintenu à long terme. «Il est encore en bon état et les CFF vont l'utiliser lors de l'entretien du tunnel de base. Voire pour le trafic de certains petits convois de marchandises», indique-t-il. «Je ne crois donc pas qu'il puisse être fermé à long terme.»

«Quoi qu'il en soit, l'idée de Rodolphe Weibel montre que lui aussi a des doutes sur la nécessité d'un 2e tube», conclut Roger Nordmann. «Et si on dit non au 2e tunnel le 28 février, cela permettra de remettre tout à plat dans ce dossier jusqu'ici totalement irrationnel». Pour le socialiste, la variante de l'ingénieur mérite d'être réexaminée, «sans œillères et de manière approfondie». Car il est souhaitable d'avoir «enfin un débat sur toutes les options, sans avoir comme seul but de tuer toutes celles qui ne privilégient pas un 2e tunnel, comme cela s'est passé jusqu'ici. » (nxp)

Créé: 21.01.2016, 12h10

Articles en relation

Quitte ou double au Gothard

Transit alpin Deux politiques des transports s’affrontent autour de la réfection du tunnel routier. Plus...

Menace financière ou non? Le Gothard fait s'étriper les Romands

Routes La Romandie n'est plus la grande oubliée des transports, clament les organisations économiques. Elles affrontent la gauche. Plus...

Les opposants au Gothard dénoncent un projet «insensé»

Votation du 28 février Pour eux, la construction d’un deuxième tube routier se fera au détriment de projets indispensables en Suisse romande. Plus...

Faut-il voter pour un 2e tube routier au Gothard?

28 février L'actuel tunnel doit être assaini. Pour assurer le passage à travers les Alpes, Berne veut construire un 2e tube. Le peuple aura le dernier mot. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.