«Les spoliations nazies» au centre d'une exposition

BerneLe Musée des Beaux-Arts de Berne accueille une expo qui retrace l'évolution du marché de l'art sous le régime nazi et ses conséquences.

Ici la sculpture «Femme accroupie», de l'artiste français Auguste Rodin prise en photo lors de la conférence de presse.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Musée des Beaux-Arts de Berne présente le 2e volet de la collection Gurlitt. Sous le titre «les spoliations nazies et leurs conséquences», l'exposition retrace l'évolution du marché de l'art sous le régime nazi à l'exemple des activités d'Hildebrand Gurlitt.

L'exposition présente près de 130 oeuvres provenant de la succession du marchand d'art Hildebrand Gurlitt (1895-1956). La plupart d'entre elles ont une provenance jugée lacunaire si bien qu'il n'a pas été possible de mettre en évidence ni d'exclure avec certitude qu'il s'agissait de confiscations opérées par le régime nazi. Dans la majorité des cas, il n'existe à ce jour aucun indice concret accréditant une spoliation, a souligné l'institution culturelle lors de la présentation mercredi du 2e volet de la collection Gurlitt. Cet ensemble comprend des peintures, des oeuvres graphiques et des sculptures allant du XVIe siècle au milieu du XXe siècle. Le public pourra découvrir jusqu'au 15 juillet 2018 des oeuvres de maîtres allemands et néerlandais des XVIe et XVIIe siècles ainsi que d'artistes des courants réaliste et impressionniste. Parmi les artistes représentés à Berne figurent Gustave Courbet, Claude Monet, Auguste Renoir ou Pieter Breughel.

Marché de l'art et nazisme

Cette exposition, qui succède à «Art dégénéré - Confisqué et vendu», est divisée en trois parties. Les sections «Marchands d'art sous le national-socialisme», «Le marché de l'art à Paris (1940-1944)» et «Les restitutions» donnent un éclairage sur les conditions d'acquisitions des oeuvres d'art par Hildebrand Gurlitt. Grâce à la biographie d'anciens propriétaires de certaines oeuvres, l'exposition replace dans leur contexte historique les conditions dans lesquelles le régime nazi s'empara de ces toiles et se livra à des actions systématiques de confiscation. Elle entend montrer les rapports entre marché de l'art et politique de spoliation.

Soupçons de spoliation

Les relations commerciales qu'Hildebrand Gurlitt noua jusqu'en Suisse illustrent la dimension internationale du commerce des biens spoliés. Une salle du musée bernois est réservée aux oeuvres d'art dont il est avéré qu'il s'agit de spoliations ou sur lesquelles pèse un soupçon de spoliation. Avant d'être exposée au Musée des Beaux-Arts de Berne, une partie de ces oeuvres était présentée à la Bundeskunsthalle de Bonn (D). La collection Gurlitt, léguée à l'institution culturelle bernoise par Cornelius, fils d'Hildebrand , renferme au total 1557 oeuvres. Six oeuvres ont été identifiées comme des spoliations. Quatre ont pu être restituées. Il subsiste actuellement 61 cas de soupçons de spoliation. (ats/nxp)

Créé: 18.04.2018, 17h35

Articles en relation

Deux biens de l'héritage Gurlitt ont été vendus

Berne Le Musée des Beaux-Arts de Berne a procédé à la vente de deux propriétés appartenant au collectionneur Cornelius Gurlitt. Plus...

Au-delà de l’exposition Gurlitt

Beaux-arts Le public se presse en nombre à Berne, confortant le Kunstmuseum dans son choix d’accepter l'héritage controversé. Plus...

A la découverte de la collection Gurlitt

Berne Avant d'exposer les oeuvres, le Musée des Beaux-Arts de Berne doit les examiner et procéder à des mesures de conservation. Le public pourra y avoir accès. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...