«Sommes-nous prêts à payer une eau de qualité?»

PollutionPour l’hydrologue François Münger, il est surtout urgent de responsabiliser les consommateurs.

Image: Pixabay

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Combien êtes-vous vraiment disposé à dépenser pour avoir accès à une eau de bonne qualité?» s’interroge l’hydrologue François Münger. À la tête du Geneva Water Hub, centre lancé conjointement par l’Université de Genève et la Confédération pour tenter d’aider à prévenir les conflits liés à l’eau, il fut autrefois responsable du Programme Eau à la Coopération suisse au développement (DDC) et spécialiste de l’eau à la Banque mondiale. Que pense-t-il de la prochaine votation fédérale? Pour lui, le débat est beaucoup plus large… et urgent!

François Münger. Photo: Keystone

Conseilleriez-vous à des États d’imiter l’initiative «Pour une eau potable propre et une alimentation saine»?
Mesurer la qualité de l’eau et s’efforcer sérieusement de l’améliorer, c’est d’une importance cruciale. Trop peu de pays s’y sont attelés. L’empreinte chimique est évidemment un problème, il faut absolument chercher à la limiter. Quant à complètement couper les subsides à l’agriculture utilisant des pesticides… il me faudrait une étude poussée avant d’en arriver à une telle recommandation. La question de l’eau est vaste et complexe, je suis toujours un peu gêné quand on cible un seul aspect ou un seul acteur, en l’occurrence les paysans, qui sont déjà fragilisés. Qu’en est-il de notre responsabilité de consommateurs par exemple? Sommes-nous prêts à payer le prix de la qualité? Actuellement, ce que mangent les Suisses est en majorité importé, produit dans des conditions pas toujours respectueuses de l’environnement et transporté en polluant, forcément. Un produit bio qui prend l’avion est un aliment qui pollue! Par ailleurs, quand l’on parle de qualité de l’eau, il n’y a pas que l’agriculture. Qu’en est-il de l’urbanisation et des eaux usées? Qu’en est-il de l’industrie automobile par exemple? Savez-vous que pour fabriquer chacune de nos voitures, depuis l’extraction du métal jusqu’au nettoyage en usine, il faut compter au moins 200 000 litres d’eau?

Ce genre d’initiative ne sert donc à rien?
Ce n’est pas ce que je dis! En tant que directeur du Geneva Water Hub, je peux difficilement la recommander telle quelle. Mais à titre personnel, j’estime que cette initiative a le mérite de mettre au défi les agricultures et les industriels, qui peuvent certainement se soucier davantage de la qualité de l’eau. Mais surtout, elle oblige les citoyens-consommateurs à réfléchir à une question cruciale que nous avons tendance à éviter. L’humanité fait face à un énorme défi: il faut réussir à nourrir la planète sans plomber son avenir. D’une part, la réponse est forcément complexe, car l’agrochimie, qu’on le veuille ou non, a permis d’augmenter la production mondiale. D’autre part, il ne faut seulement se focaliser sur la chimie. On pollue aussi l’eau quand on déverse du purin sur des champs au mauvais moment. De même, si l’on utilise du cuivre comme herbicide, il se retrouve ensuite dans l’eau…

On s’y perd! Que faire alors?
Toute production pollue, il faut garder ça en tête. Mais ce qu’on peut faire, c’est travailler à réduire notre «empreinte eau», c’est-à-dire les volumes nécessaires du début à la fin d’une chaîne de production. Limiter la toxicité, qu’elle soit chimique ou naturelle. Enfin, améliorer le traitement des eaux. Ce n’est jamais gagné. La Suisse, par exemple, peut faire mieux dans ses stations d’épuration. Mais surtout, notre pays a une énorme «empreinte eau» à cause de nos importations. Nous pouvons et devons devenir des citoyens-consommateurs plus responsables. Il me semble que l’initiative veut être un pas dans ce sens.


Lire aussi: Les paysans suisses démolissent l’initiative pour une eau propre


Créé: 07.05.2019, 15h28

Articles en relation

Les paysans suisses démolissent l’initiative pour une eau propre

Environnement L’USP estime que l’interdiction des pesticides et antibiotiques aurait des conséquences dramatiques pour toute la population. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...