Passer au contenu principal

SuisseUne solution pour les camions Duro de l'armée

La modernisation des véhicules de transport «Duro» a déjà fait couler beaucoup d'encre.

La modernisation des camions de l'armée suisse prévoit notamment l'assainissement du véhicule porteur.
La modernisation des camions de l'armée suisse prévoit notamment l'assainissement du véhicule porteur.
Keystone

L'incertitude autour des camions de l'armée Duro semble avoir trouvé une issue. Le fabricant suisse, basé à Kreuzlingen, mandaté par armasuisse pour la maintenance des véhicules, veut les équiper d'un autre moteur, a communiqué vendredi le Département fédéral de la défense.

Le groupe a choisi un moteur turbo-diesel moderne, qui répond aux normes antipollution euro-6. Cet avantage écologique a convaincu armasuisse. Ce choix impliquera un surcoût de 3500 francs par véhicule. Cette facture peut être amortie par le crédit d'engagement de 558 millions de francs adopté en 2015 par le Parlement.

Le changement de moteur retarde encore le projet. Armasuisse va exiger de GDELS-Mowag l'amende conventionnelle convenue au préalable.

Les problèmes

La modernisation des véhicules de transport «Duro» a déjà fait couler beaucoup d'encre. Le Parlement a accepté début 2016 de budgétiser 558 millions pour l'opération. A gauche, mais aussi dans les rangs de l'UDC, on avait critiqué la facture: un nouveau véhicule reviendrait moins cher.

La modernisation prévoit notamment l'assainissement du véhicule porteur, une nouvelle motorisation avec filtre à particules, une nouvelle installation électrique, un système d'antiblocage de roues et un correcteur électronique de trajectoire ainsi que des arceaux de sécurité et un système de ceinture à 4 points.

En novembre, GDELS-Mowag a déjà annoncé des retards. Sur les 2220 véhicules commandés d'ici 2022, l'entreprise ne pourrait en remettre que 240 au lieu des 330 prévus d'ici la fin 2018. Elle espérait alors que la production rebattrait son plein le plus vite possible.

Mais, en février, le fabricant autrichien de moteurs était menacé de faillite. L'entreprise étudiait une reprise de la société en difficulté.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.