Le Ville de Genève explose: Vaudois et Français au secours

ExerciceUn exercice catastrophe s’est déroulé cette semaine sur le Léman, au large de Saint-Sulpice. Il s'agissait de tester le dispositif franco-vaudois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Impliquant plus de 730 personnes, l'exercice catastrophe Léman 16 s'est déroulé de manière satisfaisante. Les autorités suisses et françaises ont tiré jeudi après-midi un bilan «positif» de la simulation d'un accident sur un bateau de la CGN au large de Saint-Sulpice.

«Les objectifs globaux ont été atteints», expliquent les deux pays dans un communiqué commun. L'exercice a démontré la nécessité de tester «de manière régulière» les différents processus de coordination entre les services d'urgence et les autorités françaises et suisses.

Aucun incident

Si l'ensemble a donné satisfaction, aussi parce qu'il n'y a eu aucun incident ou blessé jeudi, des «améliorations» sont malgré tout possibles. Le communiqué mentionne en particulier l'harmonisation des moyens de transmission et de communication entre Suisses, Français et sociétés de sauvetage privées.

Pour la communication, Français et Suisses ont la même technologie, mais «la passerelle technique» entre les intervenants, comme on la trouve à Genève par exemple, n'a pas pu être installée sur le lac, détaille le porte-parole Jean-Christophe Sauterel. Les sociétés de sauvetage utilisent de l'analogique alors que les autres du numérique, ajoute-t-il.

Mieux coordonner

Des améliorations sont également attendues en matière de coordination lors de la montée en puissance des centrales d'engagement et d'urgence. Un projet est bien avancé pour regrouper les services 144, 117 et 118 sur le site de la Grangette (hauts de Lausanne), rappelle Jean-Christophe Sauterel.

Ces exercices sont «essentiels» pour garantir la meilleure prise en charge de la population en cas d'accidents réels, a souligné la conseillère d'Etat vaudoise Béatrice Métraux, citée dans le communiqué. Sa collègue Nuria Gorrite a relevé l'exigence de sécurité posée aux entreprises de transport public, en se référant aux prestations de la Compagnie générale de navigation sur le Léman (CGN).

(ats/nxp)

Créé: 15.09.2016, 12h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...