Le siège mondial de Nestlé devient un bâtiment intelligent

VeveyLe chantier vise à renforcer l’efficacité énergétique du complexe et à augmenter sa capacité d’accueil. Il s’achèvera en 2020.

Entamé en janvier 2017, le chantier s’inscrit en complément des travaux d’envergure effectués entre 1995 et 2000 sur le bâtiment A conçu en 1960 par l’architecte Jean Tschumi.

Entamé en janvier 2017, le chantier s’inscrit en complément des travaux d’envergure effectués entre 1995 et 2000 sur le bâtiment A conçu en 1960 par l’architecte Jean Tschumi. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lancée en janvier 2017, la rénovation du siège mondial de Nestlé en Bergère, à Vevey, bat son plein. Le chantier s’inscrit en complément des travaux d’envergure effectués entre 1995 et 2000 sur le bâtiment A, conçu en 1960 par l’architecte Jean Tschumi. Cette rénovation lourde, qui se déroulera jusqu’à la fin de 2020, concerne principalement le bâtiment B, dessiné par Burckhardt + Partner, au sud du complexe, qui n’a pas connu de travaux majeurs depuis sa construction en 1974. «Ce sont la vétusté de cet immeuble – une passoire énergétique – et notre volonté de réaménager nos bureaux selon notre nouveau concept sans poste attitré qui ont servi de déclencheurs à ce chantier», explique Gérard Baumann, responsable immobilier et constructions.

Car il s’agit aussi pour Nestlé d’augmenter la capacité d’accueil du complexe en Bergère. La multinationale entend y réunir la plupart de ses collaborateurs œuvrant dans des bureaux périphériques vaudois sur les sites de Vevey (1800 employés actuellement), de La Tour-de-Peilz (1400) et de Bussigny (400). «Cette dissémination n’est idéale ni pour les employés ni pour la gestion de notre patrimoine immobilier», relève Gérard Baumann.

La première phase des travaux a été consacrée à la construction d’un data center, d’une station de pompage et d’une unité de production d’énergie de secours. À l’intérieur, une partie du bâtiment «Tschumi» a été réaménagée selon le modèle «activity-based working environment», mis en place sur le site de Nestlé Suisse à La Tour-de-Peilz. Ce qui a nécessité le déplacement provisoire de 400 employés de Bergère à Entre-deux-Villes.

La rénovation de l’aile sud du bâtiment B a été entamée ce printemps. Au programme: remplacement de la façade, de l’infrastructure technique et du mobilier. La consommation d’énergie de l’édifice, cinq fois supérieure à celle du nouveau bâtiment d’Entre-deux-Villes à La Tour-de-Peilz, est complètement revue. Car Nestlé doit se mettre en adéquation avec la nouvelle loi cantonale pour les grands consommateurs d’énergie, dont le site de Bergère fait partie.

C’est pourquoi 900 m2 de panneaux solaires seront installés sur le toit du bâtiment B. Il bénéficiera de fenêtres électrochromiques se teintant au besoin pour rejeter les surplus d’apports solaires et les effets d’éblouissement, tout en préservant la visibilité sur l’extérieur. Ces verres ultramodernes sont spécialement conçus par l’entreprise française Saint-Gobain. «Notre but est d’augmenter la protection solaire de l’immeuble, mais sans modifier son aspect, glisse Gérard Baumann. Car il sert de miroir au bâtiment Tschumi, en le reflétant. C’est pourquoi nous nous servons de la technologie digitale pour optimiser en temps réel le climat intérieur des locaux, grâce à des capteurs permettant de connaître l’évolution de la température, mais aussi de l’humidité et du taux de CO2. Ce qui permet de ventiler le bâtiment de manière idoine sans ouvrir les fenêtres.»

Près de 640 millions investis

La chaleur produite par le data center sera également exploitée pour chauffer le complexe en Bergère, et l’eau du lac utilisée en complément pour chauffer et refroidir tous les bâtiments. «Avec la réalisation de ces mesures, nous devrions réduire les émissions de Bergère de 1900 tonnes de CO2 par année, soit l’équivalent des émissions annuelles de 700 voitures circulant sur les routes suisses», relève Claudio Buccola, responsable de la maintenance et de l’énergie des bâtiments.

Le coût des travaux est estimé à 160 millions de francs. Ce qui portera à 440 millions francs les investissements consentis par la multinationale entre 2013 et 2020 dans ses bâtiments de Vevey (Bergère, Nest, Alimentarium, Reller), de La Tour-de-Peilz, de Bussigny et du centre de recherche de Vers-chez-les-Blanc. Sans compter les 170 millions pour l’intervention menée sur le bâtiment Tschumi il y a deux décennies. Soit 640 millions au total depuis 1995.

Créé: 05.10.2018, 20h05

Articles en relation

Une vague internationale s’est levée devant Nestlé

Vevey Ce mardi, près de 400 personnes ont manifesté, dont des syndicalistes venus du monde entier. Plus...

Nestlé envisage une augmentation de ses prix

Industrie La multinationale vaudoise s’attend à une hausse de coûts se répercutant sur ses prix d’ici 2019 ou 2020. Plus...

Nestlé prévoit de supprimer quelque 580 postes en Suisse

Alimentation Le géant veveysan malmène une nouvelle fois son berceau suisse en restructurant ses services informatiques. Plus...

Avec Starbucks, Nestlé part à la conquête de l’Amérique

Café Historiquement faible aux États-Unis, le géant suisse espère percer sur un marché adepte de «petit» ou plutôt de «grand noir». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.