Passer au contenu principal

Un non qui sent le ras-le-bol des idées de gauche

Pas de miracle de dernière minute pour l’initiative sur les successions. Le texte a coulé à pic, avec plus de 70% de non

Et pan sur la gauche. Alors que les premiers résultats commençaient tout juste à tomber, dimanche en début d’après-midi, les premiers communiqués satisfaits des milieux économiques arrivaient aux rédactions.

Depuis le lancement de l’initiative populaire sur les successions, en 2011, les associations patronales n’ont en effet jamais manqué une occasion de dire tout le mal qu’elles pensaient du texte, dangereux, selon elles, pour l’économie suisse, et en particulier pour les PME. Leurs réactions sont à la hauteur de leurs inquiétudes. Très sèche, la directrice d’EconomieSuisse va jusqu’à mettre la responsabilité du score sur le dos des initiants. «Avec un texte imprécis, ils ont apporté confusion et incertitudes. Les citoyens les ont sanctionnés», assène tout de go Monika Rühl.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.