Seize jours de prison pour un malentendu

SuisseUn homme a été faussement mis en prison suite à un malentendu. Il a reçu donc des indemnités.

Le Tribunal fédéral refuse d'augmenter la peine.

Le Tribunal fédéral refuse d'augmenter la peine. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un Polonais a passé 16 jours en prison à la suite d'un malentendu: le Ministère public zurichois avait indiqué par erreur au service d'application des peines que la condamnation était entrée en force. Mais le Tribunal fédéral refuse d'augmenter l'indemnité.

A fin avril 2018, le Ministère public avait reconnu le Polonais coupable de vols répétés et lui avait infligé une peine ferme de 90 jours d'emprisonnement. L'homme avait fait recours contre cette ordonnance pénale.

Le service d'application des peines avait ordonné l'inscription du condamné dans le système de recherches informatisées des personnes et des objets (RIPOL) en vue de son arrestation, qui était intervenue en septembre. Mais 13 jours plus tard, il avait été relâché.

Procédure abandonnée

Par la suite, le Ministère public a abandonné la procédure et accordé une indemnité de 1600 francs, soit 100 francs par jour à l'ombre. En effet, l'homme avait passé aussi trois jours en détention provisoire avant sa condamnation par le Ministère public.

Calcul remis en cause

La Cour suprême du canton de Zurich a admis partiellement un recours contre cette décision, portant la réparation à 2560 francs, soit 160 francs par jour. Il fondait ce montant sur la jurisprudence du Tribunal fédéral qui prévoit 200 francs par jour mais qui permet aussi de s'écarter vers le haut ou le bas de ce montant en cas de circonstances exceptionnelles.

En l'espèce, les juges zurichois soulignaient que le coût de la vie est 60% plus bas en Pologne et que les salaires moyens s'élèvent à un cinquième des rémunérations en Suisse. Dans ces conditions, une indemnité de 160 francs par jour était justifiée.

Le Tribunal fédéral a rejeté le recours du Polonais, qui réclamait 21'600 francs, dans un arrêt publié jeudi. Il estime que l'instance précédente n'a pas outrepassé son pouvoir d'appréciation, même si les circonstances de l'incarcération étaient «particulièrement regrettables». (ats/nxp)

Créé: 04.07.2019, 14h05

Articles en relation

Cas «irrégulier» d'aide au suicide au tribunal

Bâle-Campagne Une doctoresse doit répondre de ses actes devant la justice bâloise, depuis mercredi, pour avoir aidé une femme à mourir. Plus...

Un cyclomoteur est bien un véhicule à moteur

Suisse Pour le Tribunal fédéral, il se justifie de sanctionner un cyclomotoriste qui conduit en état d'ébriété et sans permis comme un automobiliste. Plus...

Pas de lucarne sans mise à l'enquête publique

Ville de Schaffhouse Le Tribunal fédéral a rappelé que le droit de recours des tiers est garanti avec la mise à l'enquête publique et que les autorités ne peuvent en faire l'impasse. Plus...

Deux recours sur la réforme fiscale rejetés

Votation du 19 mai Le Tribunal fédéral a débouté des recourants neuchâtelois et vaudois contre la RFFA, car il ne peut trancher sur une décision des Chambres, à moins qu'une loi ne le prévoie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Poulidor
Plus...