Sous le sapin, l’UDC glisse la nouvelle offensive contre le foie gras

SuisseUne motion veut bannir les produits issus de la maltraitance animale. Comme il y a un an.

Isabelle Chevalley (Vert’libéral) : Je suis sûre que c’est possible de faire passer cette interdiction

Isabelle Chevalley (Vert’libéral) : Je suis sûre que c’est possible de faire passer cette interdiction Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est presque devenu une habitude. Alors que les fêtes de fin d’année approchent, le foie gras, produit phare des festivités, provoque encore des indigestions. Un peu plus d’une année après le refus d’un texte très similaire, une motion parlementaire déposée vendredi dernier demande que les produits fabriqués en Suisse et ceux importés soient soumis aux mêmes règles en matière de maltraitance animale. Un tour de vis qui interdirait l’importation de plusieurs produits pour lesquels des animaux subissent de mauvais traitements: parmi eux, la fourrure, les cuisses de grenouilles et, donc, le foie gras conventionnel.

L’année dernière, le texte soumis par le conseiller national Matthias Aebischer (PS) avait été accepté par le Conseil national avant d’échouer devant le Conseil des États. Alors pourquoi un nouveau texte, aussi vite? Selon les cosignataires, il aurait plus de chances d’aboutir. Premièrement, le texte évite l’écueil de la viande casher et halal, dont la production est contraire aux règles de maltraitance animale en Suisse. «Jusqu’à maintenant, les propositions ont échoué sur cette question, il faut donc rendre possibles les exceptions», explique dans le «Blick» Barbara Keller-Inhelder, l’instigatrice UDC du texte.

Ensuite, la mention reçoit un soutien plus large. Alors que le PS avait lancé la fronde l’année dernière, c’est désormais l’UDC qui reprend le flambeau. La frange paysanne du parti agraire s’est mobilisée contre ce qui lui apparaît comme une concurrence déloyale: les producteurs suisses n’ont pas le droit de produire ces mets qui finissent dans les rayons suisses. Les nombreux cosignataires se trouvent ainsi désormais autant à gauche qu’à droite de l’hémisphère.

Enfin, la mesure traverse mieux la Sarine. L’année dernière, les Romands, friands de foie gras, avaient fait capoter le texte au Conseil des États. Mais entre-temps, «la mentalité en Suisse romande a évolué, à en croire Matthias Aebischer, qui avait lancé le texte l’an dernier. Des alternatives au gavage ont émergé, comme le foie gras bio, décloisonnant ainsi le débat. Au final, ce n’est qu’une question de temps avant que cette interdiction ne soit actée.»

Pourtant, seule une cosignataire est romande et il s’agit d’Isabelle Chevalley, qui est plus nuancée quant aux chances de succès: «L’année dernière, nous avions eu un coup de bol, car le texte ne mentionnait pas expressément la consommation de foie gras, ce qui a joué en notre faveur. Sans cela, je ne suis pas sûre que le texte de cette année passera.»

Une telle éventualité n’effraie pas la Vert’libérale, puisqu’elle mise en parallèle sur une initiative populaire sur le même sujet, qui devrait arriver en mars. L’élue croit à une réussite devant le peuple: «Maintenant, les gens se posent des questions sur ce sujet verrouillé depuis des dizaines d’années et les lignes commencent à bouger. Je suis sûre que c’est possible de faire passer cette interdiction.»

La mesure a de quoi effrayer les industriels, et pas seulement de l’alimentaire. En horlogerie par exemple, les diverses peaux animales utilisées en guise de bracelet sont concernées. Jean-Daniel Pasche, président de la fédération horlogère, estime ainsi que «ces problèmes doivent être réglés par des traités internationaux et non unilatéralement».

Créé: 19.12.2018, 22h31

Articles en relation

Guerre déclarée contre la maltraitance animale

Suisse Après le scandale des chevaux maltraités en Thurgovie, Berne va renforcer ses contrôles sur les exploitations à risque. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.