Santé: et si nous changions de discours?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Honoraires excessifs des médecins, manipulations des caisses maladie, surconsommation médicale des patients, rationnement des soins etc. Nous assistons actuellement à un florilège de diagnostics et de recettes pour expliquer et juguler l’augmentation incessante des primes d’assurance – maladie qui grève lourdement le budget de nos concitoyens.

L’activité physique ou un changement d’alimentation apportent des bénéfices en termes de santé très rapidement

Certaines vérités méritent d’être sans cesse rappelées. 80% des coûts de la santé sont dus à des maladies non transmissibles telles que l’hypertension artérielle, le diabète, l’arthrose ou le cancer et la moitié de ces affections pourrait être évitée par un mode de vie plus sain (OFSP 2012). L’évolution dans l’avenir s’annonce d’ailleurs préoccupante du fait du vieillissement de la population associé à notre mode de vie caractérisé par une alimentation de plus en plus de type industrielle et une sédentarité galopante. Ce n’est pas irrémédiable. Si les Genevois bougeaient plus, mangeaient mieux, buvaient et fumaient moins, leur état de santé serait grandement amélioré et, par conséquent, les coûts de la santé diminueraient (ou du moins se stabiliseraient).

Comment faire pour y arriver? La sédentarité et l’addiction au sucre et au sel, qui coûtent très cher en termes d’explosion des cas d’obésité, du diabète, de l’hypertension artérielle, peuvent être diminuées par une augmentation de notre activité physique et une information claire sur les méfaits de nos régimes actuels. La lutte contre le tabagisme doit être poursuivie et amplifiée. Qui peut mener cette lutte? Les professionnels de santé que sont les médecins et les pharmaciens, les associations actives dans le domaine de la santé doivent réorienter ou amplifier leurs discours en mettant la promotion d’un mode de vie plus sain au cœur de leur action.

L’État tant cantonal que fédéral doit développer un urbanisme favorisant la mobilité douce et informer encore plus sur les méfaits de la malbouffe et du tabac. Il faut donc changer de paradigme en matière de santé en investissant plus dans la promotion d’un mode de vie plus sain au lieu de pallier les méfaits de nos excès par des traitements souvent nécessaires mais de plus en plus onéreux.

La Confédération, dans son message «santé 2020», a désigné clairement l’augmentation des maladies chroniques comme le défi majeur auquel doit faire face notre système de santé. L’OMS, en 2012, a d’ailleurs lancé un vaste programme pour réduire de 25% la mortalité liée à ces affections chroniques, et dans son agenda, la promotion d’une alimentation plus saine et de l’activité physique tient une importance particulière.

Les résultats sur la santé et sur les coûts n’arriveraient qu’à long terme? Ce n’est pas exact. Une augmentation de l’activité physique ou un changement d’alimentation apportent des bénéfices en termes de santé très rapidement. Tant que nous n’aurons pas compris cela, toutes les propositions de changements de notre système de santé ne seront que des emplâtres sur une jambe de bois. (TDG)

Créé: 08.02.2018, 15h39


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.