Revolut: les clients piratés seront remboursés

SuisseAu moins huit clients en Suisse se sont fait piéger par un SMS reçu sur l'application de la néobanque britannique Revolut.

La néobanque britannique Revolut a été fondée par Nikolaï Storonski.

La néobanque britannique Revolut a été fondée par Nikolaï Storonski. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La néobanque britannique Revolut promet de rembourser les clients lésés par la fraude dont elle a été victime, une attaque révélée en milieu de semaine par le «Tages-Anzeiger». Une porte-parole a confirmé vendredi à AWP que les personnes touchées, en Suisse notamment, récupéreront leur argent.

Le «Tages-Anzeiger», relayé par d'autres médias, avait rapporté par exemple le témoignage d'un client qui s'était fait délester de 30'000 francs sur son compte à l'issue d'un phishing (hameçonnage) effectué via un SMS reçu sur l'application Revolut de son smartphone, qui l'invitait à vérifier ses coordonnées et à confirmer son mot de passe.

L'homme, ainsi qu'au moins sept autres lésés en Suisse, selon le quotidien, est tombé dans le panneau en pensant que la demande venait de Revolut, ouvrant ainsi la voie aux fraudeurs. Une porte-parole de Revolut a confirmé le piratage. Les systèmes de sécurité de la fintech britannique ont constaté des activités irrégulières sur un petit nombre de comptes, après avoir été alertés par des clients.

«Il s'agit d'un nombre limité de lésés, qui seront remboursés», a assuré l'entreprise. Pour éviter que l'histoire se reproduise, Revolut prévient désormais explicitement ses clients qu'elle n'exige jamais d'eux de telles vérifications ni la fourniture de leur code PIN. En cas de doute, la société appelle sa clientèle à la contacter par discussion sur le «chat» de l'application.

Revolut avait annoncé en février avoir dépassé le cap des 4 millions d'utilisateurs en Europe, moins de quatre ans après son lancement. Outre l'application pour ses clients des taux de change interbancaires sur des dizaines de devises, elle permet depuis une quinzaine de jours de négocier un panel d'actions américaines sans commissions.

Parmi ses rivales toujours plus nombreuses figure notamment l'allemande N26, qui se définit comme une banque sur smartphone. (ats/nxp)

Créé: 23.08.2019, 13h56

Articles en relation

Les banques privées «très décevantes» en 2018

Suisse Les nuages s'amoncellent sur les banques privées suisses, à l'image des afflux net d'argent frais qui ont tendance à stagner. Plus...

Le fisc italien veut des données de clients d'UBS

Banques Les autorités italiennes requièrent des informations sur des personnes «physiques dont le nom n'est pas connu» et qui sont résidentes en Italie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Poulidor
Plus...