«Les rentes AVS/AI ne suffisent pas pour vivre»

Hausse des rentes AVSColette Nova, la responsable des rentes AVS à la Confédération, explique pourquoi la hausse n’est que de 10 francs.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

entiers AVS/AI. Après avoir vu leurs rentes stagner depuis 2015, le Conseil fédéral a décidé vendredi de les augmenter dès le 1er janvier. La rente minimale passera de 1175 à 1185 francs, la rente maximale de 2350 à 2370 francs. Les prestations complémentaires et allocations pour impotents enregistrent aussi une légère hausse. Interview de Colette Nova, vice-directrice à l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS).

Pourquoi le Conseil fédéral a-t-il pris la décision d’augmenter les rentes AVS alors qu’il ne l’a pas fait les années précédentes?

Il le décide en fonction d’une règle arithmétique prescrite par la loi. On tient compte de l’évolution des salaires et du renchérissement. Les années passées, cet indice mixte ne permettait pas d’augmenter les rentes.

La hausse des rentes tient donc d’un pur mécanisme arithmétique sans la moindre décision politique?

Pas tout à fait. Dans l’AVS, on augmente toujours par tranche de 5 francs. Parfois on arrive à un chiffre de 4 ou 6 francs. Il s’agit alors d’estimer comment vont évoluer les salaires et le renchérissement. Cela ouvre une petite marge de manœuvre politique.

Augmenter de 10 francs la rente minimale, ce n’est pas beaucoup.

Non, mais cela est dû au fait que les salaires et les prix n’augmentent pas beaucoup non plus. N’oublions pas que ce sont les actifs qui financent majoritairement les rentes. Si leurs salaires n’augmentent pas, il ne serait pas juste d’augmenter fortement les rentes.

Cette hausse des rentes AVS/AI va coûter combien?

Environ 430 millions, soit 380 millions à charge de l’AVS et 50 millions à charge de l’AI. L’AVS est financée essentiellement par les cotisations salariales, par la Confédération et enfin par la TVA.

On puise dans la caisse AVS. Pourtant le Conseil fédéral nous dit que cette assurance est en danger et qu’il faut l’assainir. Contradictoire?

Non. L’adaptation régulière des rentes est garantie par la loi. Et ce n’est pas une renonciation à une hausse qui permettrait d’assainir l’AVS. Celle-ci va avoir besoin de plusieurs milliards par année.

Certes, mais on demande des efforts aux jeunes, aux actifs, à la Confédération. Ne faut-il pas en demander aussi aux rentiers dont certains ont touché un 2e pilier plein pot?

Les rentes de l’AVS et de l’AI ne sont actuellement pas suffisantes pour vivre, bien que la Constitution stipule qu’elles doivent couvrir les besoins vitaux. Tout le monde ne touche pas une rente maximale! La loi prescrit qu’il faut adapter les rentes. Si politiquement on voulait mettre à contribution les rentiers pour assainir l’AVS, alors il faudrait changer la loi. Mais personne, à ce que je sache, n’a proposé ces dernières années un tel changement.

Le seuil d’entrée dans le 2e pilier est relevé. Il passe de 21'150 à 21'330 francs. C’est curieux dans la mesure où le Conseil fédéral plaide pour une entrée facilitée des très bas salaires dans le 2e pilier.

Il s’agit ici d’une adaptation technique qui découle de l’adaptation des rentes. Une meilleure couverture des bas salaires dans le 2e pilier devrait, elle, faire l’objet d’une décision politique. Cela impliquerait un changement de loi.

Dans le 3e pilier, la déduction fiscale passe de 6768 à 6828 francs. Un coup de pouce pour ceux qui épargnent volontairement?

Oui mais pas pour tout le monde. Cela concerne uniquement ceux qui ont les moyens de mettre de côté le montant maximum. Cela ne change rien pour une personne qui met 2000 francs par an dans son 3e pilier. (TDG)

Créé: 21.09.2018, 22h22

«Si politiquement on voulait mettre à contribution les rentiers pour assainir l’AVS, alors il faudrait changer la loi», explique
Colette Nova, vice-directrice à l’Office fédéral des assurances sociales.

Articles en relation

Dix francs de plus par mois pour les rentiers AVS

Suisse Les rentes AVS/AI ont été réévaluées par le Conseil fédéral. L'augmentation entrera en vigueur début 2019. Plus...

Capital ou rentes, tout dépend du canton

Suisse Les disparités cantonales s'avèrent importantes, quand il s'agit de prendre son 2e pilier en capital ou en rentes. Plus...

Bientôt des rentes de «misère» à la retraite?

Suisse Les retraités touchent des rentes toujours plus maigres. Au point que les salariés qui gagnent bien leur vie devront apprendre à vivre modestement après 65 ans. Plus...

Retraite: les Suisses devront «calculer serré»

Prévoyance En raison de la chute des rentes depuis 2012, les actifs touchant moins de 84'000 francs par an auront de la peine à boucler leur budget une fois à la retraite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.