Passer au contenu principal

SuisseLes registres cantonaux des armes sont en ligne

La mise en place de ce réseau qui favorisera le travail de la police a requis un investissement de 1,5 million de francs.

Le nouveau dispositif offre une sécurité supplémentaire aux forces de police.
Le nouveau dispositif offre une sécurité supplémentaire aux forces de police.
Archives, Keystone

Depuis début octobre, la police peut effectuer une recherche en ligne dans les registres d'armes à feu. Ce qui lui permet d'obtenir des informations sur les armes détenues ou transmises sans avoir à multiplier les recherches dans les registres cantonaux.

Pour obtenir ces informations, il fallait jusqu'ici contacter individuellement les différents bureaux cantonaux compétents. Mais désormais, toutes ces données sont reliées entre elles, a indiqué jeudi la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP).

Le nouveau dispositif offre également une sécurité supplémentaire aux forces de police. Elles peuvent désormais s'informer, avant de procéder à une intervention, sur les armes détenues par les personnes impliquées. Seul le détenteur actuel de l'arme est indiqué, tel qu'il figure dans le registre cantonal.

Gros investissement

La mise en place de réseau a requis un investissement de 1,5 million de francs, selon la CCDJP. Ce montant a été pris à 80% en charge par les cantons et 20% par la Confédération. Le coût annuel de son exploitation se monte à 270'000 francs.

Les registres cantonaux restent propriétaires des données. Toute modification ou suppression est de leur ressort. Avec ce réseau, nous franchissons une étape importante vers l'harmonisation de l'informatique policière, conclut la CCDJP.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.