Passer au contenu principal

Recul marqué de la migration illégale en 2018

La plupart des personnes en séjour illégal ont été interpellées au Tessin (4832) et en Valais (3122) sur un total de 16'563 cas en Suisse en 2018.

Le Tessin reste la porte d'entrée principale de l'immigration illégale en Suisse.
Le Tessin reste la porte d'entrée principale de l'immigration illégale en Suisse.
Keystone

La migration illégale a nettement diminué l'an dernier en Suisse. Le Corps des garde-frontières a recensé 16'563 cas de séjours illégaux. En 2017, il en avait dénombré 27'300, et en 2016, 48'838.

Les agents ont procédé à 9552 interceptions dans les trains, 6142 sur la route, 842 dans les aéroports et 27 sur des bateaux, selon la statistique de l'Administration fédérale des douanes publiée jeudi. La plupart des personnes en séjour illégal ont été interpellées au Tessin (4832) et en Valais (3122).

Dans la région nord-ouest de la Suisse qui inclut le canton de Berne, 3420 personnes ont été découvertes sans permis de séjour valable pour la Suisse. La Suisse a transmis 8187 cas aux autorités étrangères, soit la moitié moins qu'une année auparavant.

Concernant les nationalités, le Nigeria arrive en tête (2433), suivi de la Gambie (1176), de l'Algérie (803), du Maroc (792), de l'Albanie (685) et de l'Erythrée (663). En 2016, les interceptions concernaient avant tout des ressortissants érythréens. Les garde-frontières avaient pris plus de 12'000 Erythréens sur les près de 50'000 cas recensés.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.