Reconnaissance des communautés religieuses, Vaud précède Genève

Églises-EtatLe règlement sur les communautés religieuses est très attendu par la Fédération évangélique vaudoise et les musulmans.

La conseillère d'Etat Béatrice Métraux présente ce lundi les conditions que les communautés doivent remplir pour être reconnues en tant qu'institutions d'intérêt public

La conseillère d'Etat Béatrice Métraux présente ce lundi les conditions que les communautés doivent remplir pour être reconnues en tant qu'institutions d'intérêt public Image: Patrick Martin - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C'était devenu un peu l'Arlésienne: souvent annoncé comme imminent et toujours reporté, le règlement d'application de la loi sur la reconnaissance des communautés religieuses est présenté ce lundi matin par la conseillère d’Etat Béatrice Métraux, sept ans après la loi de 2007. Le sujet est sensible.

A Genève, bien que les Eglises et l'Etat soient séparés depuis la loi de 1907, la question des relations des autorités publiques avec les communautés religieuses, inscrite dans la Constitution de 2012, fait également l'objet de réflexions intenses. Elle se focalise sur la question de la laïcité et sa mise en œuvre au quotidien. Le conseiller d'Etat Pierre Maudet en charge du dossier a demandé en janvier des éclaircissements à une commission des sages. Présidée par Jean-Noël Cuénod, elle vient de rendre son rapport. Comme dans le canton de Vaud, une loi et un règlement d'application seront vraisemblablement proposés sous peu.

Tout autre est la situation dans le canton de Vaud. Dans la Constitution vaudoise de 2003, pas de séparation, l'Eglise évangélique réformée (EERV) et l'Eglise catholique romaine sont reconnues comme institutions de droit public dotées de la personnalité morale et la communauté israélite comme institution d'intérêt public. Mais la Constitution ouvrait aussi la reconnaissance à d'autres communautés religieuses. Un statut qui ne donne pas droit à un financement, mais donne accès à certaines missions d'intérêt public comme l'aumônerie dans les hôpitaux et les prisons.








Foule de conditions

Les conditions fixées dans le règlement publié ce lundi sont nombreuses. La communauté doit être établie dans le canton depuis au moins trente ans et représenter un certain pourcentage de la population. Elle doit reconnaître l'ordre juridique suisse et vaudois, (notamment la liberté de quitter une communauté religieuse), participer au dialogue interreligieux et œuvrer à la paix confessionnelle.

Dans le détail, la communauté doit exprimer clairement dans une déclaration l'interdiction de la polygamie, le principe de la célébration du mariage civil comme préalable au mariage religieux, la dissolution du mariage possible uniquement par les tribunaux civils, la prohibition de la discrimination en particulier fondée sur le sexe, l'interdiction de la répudiation, de l'excision et de châtiments corporels, ainsi que la reconnaissance de la mission de l'école publique «qui dispense un message neutre politiquement et confessionnellement, fondé sur les réalités scientifiques établies».

La transparence financière est aussi exigée. Les représentants et les responsables religieux doivent maîtriser le français et être capables «d'émettre et soutenir une argumentation en français». Ils doivent aussi connaître le cadre juridique suisse et vaudois.

La procédure d'évaluation et de préparation à la reconnaissance se déroule sur cinq ans.

(TDG)

Créé: 17.11.2014, 13h12

Articles en relation

Un rapport définit la relation entre l'Etat et le religieux

Religions Burqa et impôt ecclésiastique font partie des thèmes abordés par un groupe de travail chargé de préciser le principe de laïcité de l'Etat. Il a rendu mardi ses recommandations. Plus...

Strasbourg valide la loi française anti-burqa, Genève craint une telle loi

Polémique Une telle interdiction en Suisse ne pourrait pas s’appliquer aux personnes, nombreuses à Genève, au bénéfice du statut diplomatique. Plus...

Les opposants à la burqa se sentent pousser des ailes

Suisse La décision de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) de valider la loi interdisant en France la burqa relance un projet similaire en Suisse. Une initiative est en préparation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.