Passer au contenu principal

De Quattro part en guerre contre l’initiative anti-schiste des Verts

La ministre vaudoise du Territoire et de l’Environnement estime que le texte des écologistes envoie un message erroné à la population.

Pour Jacqueline de Quattro, le texte déposé par les Verts «donne l’impression que des puits d’extraction de pétrole ou de gaz poussent et pousseront sur le territoire cantonal».
Pour Jacqueline de Quattro, le texte déposé par les Verts «donne l’impression que des puits d’extraction de pétrole ou de gaz poussent et pousseront sur le territoire cantonal».
Philippe Maeder

Les Verts vaudois ne veulent pas entendre parler de forer le sol vaudois pour trouver du pétrole, du gaz de schiste ou tout autre hydrocarbure. C’est pour cela qu’ils vont lancer une initiative cantonale pour interdire toute extraction dans le Canton. Ils critiquent notamment l’avant-projet de loi sur les ressources naturelles du sous-sol publié l’année dernière par le Conseil d’Etat, qui vise à cadrer la prospection et les forages.

Pour la conseillère d’Etat libérale-radicale Jacqueline de Quattro, à la tête du Département du territoire et de l’environnement, le texte des écologistes envoie un message erroné à la population. Interview.

Votre projet de loi sur les ressource naturelles du sous-sol, mis en consultation l’an dernier, autorise la prospection et l’exploitation d’hydrocarbures dans le Canton. Est-ce un premier pas vers la fin du moratoire visant le gaz de schiste?

Il s’agit d’un avant-projet de loi en pleine discussion. Il appartiendra au Gouvernement de soumettre son projet au Grand Conseil. Nous sommes en plein débat démocratique. L’initiative s’inscrit dans ce débat. Elle risque toutefois de faire peur à la population vaudoise. Elle donne l’impression que des puits d’extraction de pétrole ou de gaz poussent et pousseront sur le territoire cantonal. La vérité est tout autre. Il n’y a aucune exploitation. L’avant-projet de loi donne une base légale aux moratoires, il permet au Conseil d’Etat de décider d’une interdiction ou d’une restriction d’utilisation d’une méthode ou de l’exploitation d’une ressource.

Pourquoi votre projet n'aborde-t-il pas d'autres enjeux en matière d'utilisation du sous-sol et se concentre sur la géothermie et les hydrocarbures?

La loi sur le sous-sol traite de nombreuses problématiques. Elle va beaucoup plus loin que la seule question de la géothermie et des hydrocarbures. Il s’agit de coordonner et règlementer l’utilisation du sous-sol, d’améliorer sa connaissance, de diminuer et maîtriser les risques environnementaux, de valoriser des potentiels en énergie renouvelables du sous-sol. Le texte considère également les matières premières et la fonction de stockage que le sous-sol peut jouer.

Le projet a été mis en consultation entre juin et août 2016. Pourquoi le projet définitif n’est-t-il pas encore publié?

Les retours de cette consultation sont nombreux et leur évaluation est sur le point de se terminer.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.