Il dénonce le copinage dans le nucléaire suisse

SécuritéMarcos Buser, démissionnaire de la Commission de la sécurité nucléaire, lance une nouvelle salve contre l’IFSN.

Marcos Buser est parti en guerre contre ce qu’il considère comme des liens de copinage entre l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire et l’entreprise de gestion des déchets nucléaires.

Marcos Buser est parti en guerre contre ce qu’il considère comme des liens de copinage entre l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire et l’entreprise de gestion des déchets nucléaires. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis sa démission de la Commission de la sécurité nucléaire (CSN), en juin dernier, Marcos Buser est parti en guerre contre ce qu’il considère comme des liens de copinage entre l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) et l’entreprise de gestion des déchets nucléaires, la Nagra (lire notre édition du 24 juillet). La Tribune de Genève a pu consulter des documents, fournis par le géologue, illustrant une grande proximité dans les rapports qu’entretiennent les deux entités.

Des PV manipulés

Les acteurs du nucléaire, tels que l’IFSN, la Nagra, la CSN, les autorités cantonales ou encore les exploitants des centrales se réunissent régulièrement pour discuter de technique et de stratégie de gestion de déchets nucléaires, de leurs risques et des solutions. Chaque séance fait l’objet d’un procès-verbal. Selon Marcos Buser, l’IFSN enverrait ces procès-verbaux en premier lieu à la Nagra. Celle-ci y apporterait ses corrections avant que le document ne soit renvoyé aux autres participants. «C’est systématique», commente Marcos Buser tout en présentant des piles entières de documents, tous annotés en marge. Les commentaires sont loin des corrections de type stylistique.

Ainsi, dans ce document relatant une réunion du 17 janvier 2012, une annotation datant du 4 avril 2012 exprime le désaccord de la Nagra quant à la solution proposée par l’IFSN pour un système d’acheminement de déchets nucléaires. Dans cet autre document relatant une séance du 17 décembre 2010, il est question d’une éventuelle prolongation du calendrier pour le choix des sites de stockage des déchets radioactifs. En marge, la Nagra indique qu’elle trouve ce paragraphe «non pertinent» et demande à ce qu’il soit biffé. L’IFSN n’a pas tenu compte de cette note, mais a supprimé des parties-clés d’une discussion ultérieure portant sur la nécessité d’investigations supplémentaires, dont des forages.

De manière anonyme

«Ce n’est pas au contrôlé de dire au contrôleur ce qu’il doit faire! s’indigne Marcos Buser. Un PV doit être le compte rendu exact de ce qui a été dit, et non pas un document où chaque partie ajoute sa propre cuisine.»

Cette pratique révolte d’autant plus l’expert que les commentaires de la Nagra, à l’opposé de tous les autres, sont faits de manière anonyme, sous le pseudonyme de «Bearbeiter 1, 2, 3, etc.» (ndlr: comprendre ici «utilisateur»). Or, depuis 2007, une note stipule que chaque échange entre l’IFSN et la Nagra doit clairement être consigné dans un rapport. «Les commentaires anonymes de la Nagra transgressent ainsi la note», conclut le scientifique.

En avril passé, après avoir reçu l’un des PV où les annotations de la Nagra étaient encore visibles par erreur, le géologue avait exigé de l’IFSN des explications sur cette pratique et avait demandé à connaître l’identité des fameux «Bearbeiter» anonymes. Meinert Rahn, responsable de la gestion des déchets nucléaires de l’IFSN, répond qu’il est familier avec la pratique et que les personnes concernées sont effectivement des responsables de la Nagra, dont il ne peut que soupçonner l’identité. Or, la Tribune de Genève s’est également procuré la liste des noms correspondants à ces fameux «Bearbeiter»: tous font partie de la direction ou sont des collaborateurs scientifiques de la Nagra.

Marcos Buser a aussi mis en garde les responsables de l’Office fédéral de l’énergie et du conseil de l’IFSN, l’instance qui chapeaute l’institution. Les deux organismes lui ont assuré réagir au plus vite. Or, selon Marcos Buser, rien n’a bougé. De guerre lasse, il a fini par démissionner en juin dernier. (TDG)

Créé: 10.09.2012, 08h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...