Passer au contenu principal

SionLe projet de télécabine plaine-montagne avance

Le dépôt du dossier auprès de l'Office fédéral des transports est prévu en avril 2018 et le premier coup de pioche espéré dans le courant 2020.

Vue de la ville de Sion.
Vue de la ville de Sion.
Keystone

«Il s'agit d'un projet majeur pour le développement de Sion», a d'emblée indiqué jeudi devant la presse le président du chef-lieu valaisan Philippe Varone. La télécabine de dix places reliera en dix minutes la gare de Sion à la station intermédiaire des Mayens de l'Hôpital, à 1475 mètres d'altitude.

De là, elle accédera à la station Thyon 2000 en sept minutes. Le trajet complet durera dix-sept minutes alors qu'il en faut une quarantaine en voiture, a souligné Marcel Maurer, président de TéléSion, la société chargée d'obtenir la concession.

Quartier à créer de toutes pièces

La future liaison câblée ne veut pas simplement offrir un meilleur accès vers le domaine skiable des 4-vallées, mais bien relier par un transport public deux quartiers de la ville. Le premier est celui de la gare de Sion, en plein développement avec notamment le campus HES-EPFL, le second celui des Mayens de l'Hôpital, à quelques minutes de bus de Veysonnaz et des Collons, qu'il s'agit de créer de toutes pièces.

Le but est de réaliser un quartier «exemplaire et durable», où vivraient un millier de personnes environ à l'année. "Nous en sommes pour l'heure à la phase d'étude de faisabilité. Les études du plan de quartier débuteront l'an prochain, a indiqué Vincent Kempf, chef du service de l'urbanisme et de la mobilité.

Projet réalisé avec ou sans JO

La télécabine au départ de Sion sera la première de Suisse à survoler un milieu urbain, a souligné Phillippe Varone. En tant que telle, elle a exigé une définition des procédures à entreprendre.

Si tout va bien, elles aboutiront à un feu vert de l'Office fédéral des transports (OFT) en mars 2019 et à un début des travaux en mars 2020. L'investissement global est estimé entre 15 et 20 millions de francs.

L'éventuelle tenue des JO d'hiver 2026 en Valais, avec un village olympique prévu en ville de Sion ou aux Mayens de l'Hôpital, ne changera rien au projet. La manifestation pourrait cependant être un accélérateur, a précisé Philippe Varone.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.