Le procureur enquête sur l’imam de Kriens

SuisseUn prédicateur irakien de 38 ans est soupçonné de provocation publique à la violence contre les femmes.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Pixabay

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Ministère public lucernois enquête sur un imam qui prêche à la mosquée Dar-Assalam («lieu de paix») de Kriens. L’homme est soupçonné de provocation publique au crime ou à la violence. Cette instruction a été ouverte lundi suite à un article paru dans les dernières éditions de la «SonntagsZeitung» et du «Matin Dimanche», a indiqué le Ministère public à l’agence Keystone-ATS.

Selon les journaux dominicaux, le prédicateur a conseillé à ses fidèles de battre leurs épouses si elles leur désobéissent. Mais uniquement avec des coups légers et en dernier recours, aurait-il précisé. Et d’ajouter, toujours en arabe: «Le prophète a dit: «Je vous conseille de prendre soin des femmes, car elles sont plus jeunes que vous. Car vous les avez mariées, et vous avez des droits sur elles, et elles ont des droits sur vous. Elles ne sont pas autorisées à quitter vos maisons sans votre permission.»

D’autres propos interpellent. Toujours selon les médias, le religieux a appelé au respect de la charia, la loi canonique islamique. Il souhaite qu’elle s’applique aux fidèles de la mosquée lucernoise et, plus largement, à tous les musulmans et non-musulmans de Suisse.

Le prédicateur, âgé de 38 ans, aurait tenu ces propos lors de la prière du vendredi, au début du mois d’août dernier, devant une soixantaine de personnes. Le journaliste de la «SonntagsZeitung» a voulu savoir pourquoi il tient de tels discours. Il s’est rendu à son domicile, dans le canton de Nidwald. Une femme lui a ouvert la porte, mais l’imam n’était pas là. Ensuite, il a tenté de le joindre par téléphone et par messagerie, sans succès: l’homme n’a pas répondu aux questions posées.

«Un incendiaire»

Après s’être formé en Irak, cet imam est arrivé en Suisse en 2007, où il a déposé une demande d’asile qui a été rejetée. Il aurait reçu un permis F, accordé aux étrangers admis à titre provisoire et dont le renvoi est impossible.

L’homme est connu des autorités suisses. En 2015, il était visé par une enquête fédérale antiterroriste pour des liens supposés avec des membres de l’État islamique. Une année plus tard, il était acquitté. Les trois autres accusés, eux, ont été condamnés à des années de prison.

Le prédicateur irakien a été indemnisé à hauteur de 1092 francs. Lors du procès au Tribunal pénal fédéral, en 2016, la représentante du Ministère public de la Confédération l’avait qualifié d’«incendiaire». Dans cette deuxième affaire, l’homme reste présumé innocent, note la justice lucernoise.

Créé: 07.10.2019, 18h57

Articles en relation

Un imam de Kriens fait l'objet d'une enquête

Canton de Lucerne L'imam de la mosquée de Kriens, un Irakien de 38 ans, aurait conseillé à ses fidèles de battre leurs femmes si elles leur désobéissent. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...