Passer au contenu principal

SuisseLa présidente des CFF et l'Angola: enquête étendue

La commission compétente du Conseil des Etats a étendu son enquête sur le mandat controversé dans une société angolaise de la présidente du conseil d'administration des CFF, Monika Ribar.

Les 28 ministres des Finances de l'Union européenne se réunissent mardi à Bruxelles dans l'espoir de se doter d'une liste noire d'environ 20 noms de paradis fiscaux opérant hors de leurs frontières. C'est une première pour l'UE. (Mardi 5 décembre 2017)
Les 28 ministres des Finances de l'Union européenne se réunissent mardi à Bruxelles dans l'espoir de se doter d'une liste noire d'environ 20 noms de paradis fiscaux opérant hors de leurs frontières. C'est une première pour l'UE. (Mardi 5 décembre 2017)
Keystone
Né à Fribourg en 1967, cet entrepreneur suisse figure en bonne place dans les Paradise Papers pour ses affaires en Angola.
Né à Fribourg en 1967, cet entrepreneur suisse figure en bonne place dans les Paradise Papers pour ses affaires en Angola.
WikiCommons/CC BY-SA 4.0/Mdpc
... ou encore l'ancien directeur général d'UBS.
... ou encore l'ancien directeur général d'UBS.
Keystone
1 / 8

La commission compétente du Conseil des Etats se pose des questions sur les dommages que l'affaire a causés à la réputation des Chemins de fer fédéraux (CFF), apprend-on dans la «NZZ am Sonntag».

«Nous continuons de traiter le dossier afin d'avoir le maximum d'informations», s'est contenté de dire au journal le président de la commission, Claude Hêche (PS/JU).

Monika Ribar était membre du conseil d'administration de l'entreprise Capoinvest, une société controversée en Angola, appartenant à l'homme d'affaires Jean-Claude Bastos.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.