«La population soutient les infirmiers»

SantéL'initiative «Pour des soins infirmiers forts» a recueilli 120 000 signatures en huit mois.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les soignants ont réussi leur pari. En huit mois, l’Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI) a récolté 120 000 signatures en faveur de son initiative «Pour des soins infirmiers forts». Le délai pour déposer le texte était fixé à juillet 2018. Sophie Ley, vice-présidente de l’ASI, y voit la preuve que «la population nous soutient et partage notre volonté de fournir des soins de qualité». Elle répond à nos questions.

– Pourquoi avez-vous lancé cette initiative?

– Les soins infirmiers sont sous pression et la pénurie de personnel compromet la sécurité des patients. L’objectif est de revaloriser notre profession pour que les jeunes aient envie de se former et que les diplômés ne jettent pas l’éponge. Cela passe par des investissements dans la formation, les salaires, des conditions de travail plus attractives (notamment au niveau des heures de travail et des services de piquet) et une plus grande autonomie. Nous demandons d’inscrire dans la Constitution que la Confédération et les cantons veillent à ce que les soins infirmiers soient de haute qualité, en quantité suffisante et accessibles à tous.

– Tout le monde veut des soins de qualité. Le débat ne sera-t-il pas plus compliqué sur les mesures à prendre pour atteindre vos objectifs, et surtout leur coût?

– L’une de nos exigences est que l’on reconnaisse notre capacité à promulguer certains soins de manière autonome, sans ordre médical. En agissant de la sorte, nous serions plus performants, y compris au niveau des coûts.

– Est-ce bien au niveau politique que ces revendications professionnelles doivent être traitées?

– Le but est d’éviter de devoir embaucher à l’étranger, ce qui dégarnit aussi l’offre dans d’autres pays. Si on n’intervient pas, le risque est que les soignants soient toujours moins nombreux et toujours moins bien formés. Au final, il s’agit de garantir un accès équitable à des soins de qualité. Ce souci, largement partagé dans la population, nous concerne tous. Et les questions que nous évoquons exigent une réponse politique. (TDG)

Créé: 12.10.2017, 08h45

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dénoncetonporc
Plus...