Passer au contenu principal

Pas touche au soutien de Berne à la pub pour la viande

Les activistes de la cause animale ont réclamé en vain la fin des subventions accordées aux producteurs. Enjeu: 6 millions de francs par an.

«Viande suisse, tout le reste n'est que garniture.» Ce slogan promotionnel, soutenu par Berne, déplaît à l'association alémanique Tier im Fokus.
«Viande suisse, tout le reste n'est que garniture.» Ce slogan promotionnel, soutenu par Berne, déplaît à l'association alémanique Tier im Fokus.
proviande.ch

«Tout le reste n’est que garniture». Ce slogan des producteurs de viande suisse, bien connu des consommateurs, n’est pas du goût des défenseurs des animaux. L’association Tier im Fokus demandait, à travers une pétition, que la Confédération cesse de subventionner la publicité pour les côtelettes, le filet de bœuf et autres produits carnés. Le Conseil des Etats a refusé la semaine dernière, estimant que les coûts de production élevés dans notre pays justifiaient ce soutien financier.

Selon les sénateurs, un changement de pratique pourrait favoriser le tourisme des achats et la consommation de viande d’importation. Les militants de Tier im Fokus, eux, s’inquiètent de l’augmentation des gaz à effet de serre liés aux animaux d’élevage, mais aussi des importations de fourrage. Ces dernières contribuent, disent-ils, à accroître la pauvreté dans les pays en développement.

Loin derrière le fromage

Mais au fait, de quels montants parle-t-on? L’Office fédéral de l’agriculture nous indique avoir versé 6 millions de francs à la faîtière Proviande, en 2016, au titre de la promotion des ventes. Soit un peu moins de 10% du total alloué aux divers secteurs agricoles. A noter que c’est le fromage (Swiss Cheese Marketing) qui se taille la part du lion, avec 23,7 millions. Et que la Confédération ne peut prendre en charge que 50% au plus du coût des actions de marketing en faveur des produits agricoles suisses. Autrement dit, les acteurs de chaque branche participent au moins pour moitié à leurs campagnes de publicité.

N’en déplaise aux activistes de la cause animale les montants inscrits dans cette partie du budget 2017 de la Confédération n’ont pas varié d’un iota. Les producteurs se partageront 67,5 millions, qui serviront aussi à financer des projets visant à améliorer la qualité et la traçabilité de leurs produits. Une paille si l’on considère l’enveloppe globale de 3,5 milliards accordés à l’agriculture suisse - dont 2,7 milliards pour les seuls paiements directs versés aux exploitants.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.