«Le peuple doit savoir ce qui se passe en coulisses avec l'UE»

Accord-cadreLe comité Non à l'adhésion insidieuse à l'UE lance sa campagne. Interview du président de l'UDC, Albert Rösti.

Christoph Blocher et Albert Rösti, ont tenu ce vendredi, à Berne, une conférence de presse pour lancer leur campagne contre l'accord-cadre sur les questions institutionnelles avec l'UE.

Christoph Blocher et Albert Rösti, ont tenu ce vendredi, à Berne, une conférence de presse pour lancer leur campagne contre l'accord-cadre sur les questions institutionnelles avec l'UE. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’UDC a lancé ce vendredi sa campagne contre l’accord-cadre sur les questions institutionnelles, que le Conseil fédéral est en train de négocier avec l’Union européenne (UE). Membre du comité «Non à l’adhésion insidieuse à l’UE», le président de l’UDC, Albert Rösti, répond à nos questions.

Votre comité a été fondé en 2013 et les négociations entre la Suisse et l'UE ont commencé en 2014. Pourquoi lancer cette campagne aujourd’hui?

Selon nos informations, le Conseil fédéral a pratiquement fini de négocier l’accord-cadre avec l’UE. Celui-ci, s’il était conclu, porterait une atteinte inacceptable à la souveraineté et à l’indépendance de la Suisse. Trois points en particuliers sont graves: la reprise automatique du droit européen touchant à des domaines réglés par les accords bilatéraux, la soumission aux jugements de la Cour de justice européenne et la possibilité pour l’UE de prendre des sanctions contre notre pays si nous n’appliquons pas une de ces décisions. Nous sensibilisons la population aujourd’hui pour qu’elle sache ce qui se passe en coulisses. Le dossier peut se retrouver très vite au parlement et il faudra être prêt. Dans l’idéal ce dernier rejettera l’accord, mais nous en doutons. Il y aura donc certainement une votation.

L’UE refuse de signer de nouveaux accords bilatéraux avec la Suisse tant que l’accord-cadre n’est pas conclu. Ne craignez-vous pas des conséquences négatives pour la Suisse?

Non. D’une part, nous n’avons pas besoin de nouveaux accords. Nous avons déjà négocié tous ceux dont nous avons besoin Et rien n’empêchera à l’avenir, s’il y a un intérêt commun, à en renégocier. Quant aux accords actuels, qui, il faut le rappeler, avantagent beaucoup l’Union européenne, ils ne seront jamais dénoncés. Il faudrait l’unanimité des Etats-Membres de l’UE, qui ne voudront pas les résilier.

Vous affirmez que votre comité comprend également des représentants d’autres partis, à gauche y compris. Vous ne souhaitez cependant pas dire de qui il s’agit. Pourquoi?

Ce n’est pas à moi de donner des noms. Nous comprenons que certaines personnes ne souhaitent pas être nommées. Avant le vote sur l’EEE, en 1992, j’ai subi des pressions de la part de mes professeurs lorsque j’étais assistant à l’EPFZ. Le climat n’est peut-être pas aussi tendu aujourd’hui, la discussion plus ouverte, mais si vous êtes radical ou Vert, vous risquez tout de même d’être mis sous pression. Aujourd’hui ces personnes souhaitent rester en coulisses, mais s’il y a une votation, je suis persuadé qu’elles se feront connaître. (TDG)

Créé: 05.08.2016, 16h31

Articles en relation

L'UDC dit non à l'accord-cadre Suisse-UE

Bilatérales Christoph Blocher, entouré de plusieurs membres du comité «Non à l'adhésion insidieuse à l'UE», a dénoncé la stratégie du Conseil fédéral. Plus...

Christoph Blocher lance sa campagne post-Brexit

Suisse-UE Le stratège UDC s'offre une pleine page dans les journaux du pays pour lutter contre tout accord institutionnel avec l'Europe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Barrière de röstis pour les initiatives alimentaires
Plus...