«Une loi inutile qui ouvre la porte à la surveillance de masse»

Loi sur le renseignementLe 25 septembre prochain, les Suisses seront amenés à se prononcer sur la Loi sur le renseignement. Les référendaires exposent leurs arguments.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La campagne référendaire contre la nouvelle Loi fédérale sur le renseignement (LRens) s’ouvre dans un climat compliqué avec la menace terroriste. Cette loi étend les compétences du Service de renseignement de la Confédération et lui donne de nouvelles possibilités de recherche d’informations, notamment en introduisant le principe de «surveillance préventive». Autrement dit, ce service rattaché à l’armée pourra mettre sur écoute sans qu’il n’y ait de «preuves de soupçons fondés», selon les référendaires. Ceux-ci ont présenté leurs arguments, lundi à Lausanne.

Participez à notre sondage sur les objets fédéraux soumis au vote le 25 septembre

Il faut déjà être bien renseigné pour identifier qui est pour et qui est contre. Le Parti socialiste suisse est du côté des référendaires, alors que sa section vaudoise soutient cette nouvelle loi. La Jeunesse socialiste suisse, elle, la combat. Le PLR est un partisan de cette nouvelle disposition. En revanche, les Jeunes libéraux-radicaux vaudois se battent contre. «Peut-être parce que l’on devra vivre plus longtemps avec», glisse leur président, Loïc Hautier. Enfin, la position des Verts et du Parti pirate est plus limpide. Ils sont contre.

«Nos adversaires essaient de nous faire passer pour des Bisounours, note la conseillère nationale Lisa Mazzone (Ve/GE). Mais il faut regarder ce qu’il y a dans cette loi et se demander si elle répond aux menaces actuelles. Avec ce nouveau texte, les enquêtes seront menées sous la houlette des services secrets et non plus uniquement des autorités pénales. Ce transfert de compétences n’apportera pas davantage de sécurité, mais pourra au contraire rendre plus difficile la condamnation pénale visant la préparation d’attentats.»

Pour la vice-présidente de la Jeunesse socialiste suisse, Muriel Waeger, il ne sert à rien d’adopter une loi «digne de la DDR (ndlr: l’ancienne Allemagne de l'Est)»: «La France s’est dotée d’un texte ressemblant à la LRens après l'attentat contre Charlie Hebdo et cela n’a pas empêché ceux du 13 novembre à Paris.»

Une loi inutile et surtout qui porte des «atteintes gravissimes à la sphère privée», selon Loïc Hautier: «L’exploration du réseau câblé que permet cette loi n’est ni plus ni moins qu’une surveillance de masse de tous les résidents suisses, puisque la très grande majorité des communications électroniques sera scannée.» (TDG)

Créé: 09.08.2016, 09h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...